Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique
Burkina: pose de la première pierre du futur mémorial en hommage au président Thomas Sankara tué il y a 31 ans
Congo-Brazzaville: le gouvernement interdit la vente de bière en promotion
France: 11 morts après les pluies violentes qui se sont abattues sur l’Aude dans la nuit de dimanche 14 à lundi 15 octobre
Nigéria: libération de plus de 800 enfants soldats dans le nord-est du pays
Vatican: l'archevêque salvadorien assassiné Oscar Romero et le pape Paul VI canonisés (RFI)
Francophonie: le français, 5e langue parlée dans le monde avec 300 millions de locuteurs (RFI)
Turquie: le pasteur américain Andrew Brunson a été libéré

TRIBUNE

Poil à gratter de la vie politique au Burkina, Harouna Dicko s’était fait une réputation en attaquant la configuration des démembrements Ceni devant le Conseil constitutionnel qui lui avait donné raison, provoquant du même coup le report des municipales de 2006. Dans cette tribune, le candidat recalé à la présidentielle de 2010 se questionne sur l'avant projet de nouvelle Constitution remis au chef de l'Etat pour amendement.

«Dans son programme de candidat à la présidentielle de 2015, le Président Roch Marc Christian KABORE a promis l’adoption d’une nouvelle Constitution consacrant l’avènement de la cinquième République et, conformément à cette promesse, dès les mois qui ont suivi son entrée en fonction il a engagé un processus pour cela.

Aujourd’hui ce processus est toujours à l’étape de l’amendement de l’avant-projet de la nouvelle Constitution par le Président Roch KABORE.
Le texte de cet avant-projet innove en quelques points à l’objet d’une Constitution. Cependant, je me fais droit de poser une question parmi tant d’autres sur des dispositions de cet avant-projet de Constitution qui pour moi, sont des sujets à équivoque.
Dispositions :

Aux termes des articles 198, 200 et 201  de cet avant-projet, l’entrée en vigueur de la nouvelle Constitution de la cinquième République ouvre une transition de deux (02) ans pour la mise en place des nouvelles institutions et, les dispositions relatives aux mandats du Président du Faso, du Président de l’Assemblée Nationale et des députés sont d’application immédiate.

Question :
Le mandat du Président Roch KABORE et le mandat de la septième législature de la quatrième République seront-ils écourté ou prorogé selon la date de la tenue effective du référendum à venir ?

Juste pour ma compréhension. « Sokré la bangré »

Ouagadougou, le 25 juillet 2017
Harouna DICKO


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé