Aujourd'hui,
URGENT
Filo 2017: la 14e édition placée sous le thème "livre et lecture dans le cadre familial"(23 au 26 novembre)
Zimbabwe: Le président Robert Mugabe a fait sa première apparition publique depuis le coup de force de l'armée
Burkina Faso: Blaise Compaoré sort de son silence et dément tout lien avec les terroristes basés au Sahel 
Soum: au moins 6 morts dans une nouvelle attaque ce vendredi 17 novembre
Filo 2017: rapprocher le livre du cadre familial
Léo: une personne tuée, 8 millions de FCFA et du matériel militaire emportés dans un braquage (AIB)  
UACO 2017: Les échanges porteront sur les médias sociaux et la formation des opinions en Afrique ( du 16 au 18 novembre)  
Zimbabwe: Morgan Tsvangirai, le chef de l’opposition politique appelle le président Mugabe à rendre le tablier
Etats généraux de la: 983 jeunes réfléchissent sur les freins à l’épanouissement de la jeunesse  
arrondissement 3:  Les militants de l’UPC s’indignent face à la « forfaiture » engagée pour la destitution de l’actuel maire

SPORT

Après une campagne 2017 plutôt réussie à la phase finale de la coupe d’Afrique des nations, les Etalons du Burkina sont rentrés auréolés de leur médaille de bronze. Et suite au légitime témoignage de reconnaissance de la nation et du peuple burkinabè qui ont chaleureusement salué leur belle performance, les regards sont désormais tournés vers la Coupe du monde Russie 2018…

Si les Etalons du Burkina ont manqué de peu de jouer la deuxième finale de la Coupe d’Afrique des Nations de leur histoire, ils ont toutefois régalé le public sportif africain d’un football plaisant qui allie construction, solidarité et combativité. En décrochant la médaille de bronze de la CAN Total Gabon 2017 qui s’est achevée à Libreville le 5 février dernier avec le sacre des Lions indomptables du Cameroun, l’équipe du sélectionneur Paulo Duarte a également étrenné le titre flatteur de meilleure équipe du tournoi. A l’arrivée et au regard des 32 matches livrés lors de la phase finale de la 31e Coupe d’Afrique de nations, le constat, entre surprise et révélation, est quasi-unanime: les Etalons du Burkina méritaient vraiment de gagner le trophée continental.
A présent que le vin est tiré, il faut très vite se remettre au travail avec pour objectif de faire mieux en 2019 au Cameroun.

Une tâche rude, quand on sait que les Lions indomptables, détenteurs de Dame Coupe après quinze années en demi-teinte, joueront la prochaine compétition sur leurs terres. Ceci n’est pas automatiquement synonyme de victoire, mais cette équipe, largement renouvelée, aura certainement à cœur de faire davantage bonne figure à domicile et de préserver à la fois son titre de championne d’Afrique et de deuxième nation la plus titrée du continent — cinquième trophée —  après l’Egypte, défaite à l’issue de la finale du 5 février dernier, et qui caracole au haut de la pyramide des vainqueurs avec ses sept étoiles.

En tout cas, les Burkinabè, eux, ont foi en leur équipe et se sont pris d’amour pour elle au fur et à mesure que les matches de la CAN’2017 se sont enchaînés avec les victoires. Notamment après la rencontre des quarts de finale contre la Tunisie où elle a montré à tous la mesure de ses potentialités. Dans le sondage organisé par fasozine.com sur son site (www.fasozine.com), 56% des votants (39 sur 70 personnes) croyaient en effet à une victoire finale des Etalons. Et si 16% des participants (soit 11 personnes) sont restés totalement pessimistes en votant «Non» à la question «Les Etalons remporteront-il la CAN’2017?», il s’est donc aussi trouvé 29% de cet échantillon (20 votes) pour penser que, «peut-être», Dame Coupe rentrera au Faso.

Passée donc cette 31e édition de la plus importante compétition panafricaine, et en attendant de la retrouver dans deux ans, les Etalons du Burkina doivent déjà assurer leur qualification pour la prochaine Coupe du monde de football, dont la phase finale se joue en Russie en 2018. Leur prochaine double confrontation, en août 2017 contre les Lions du Sénégal, frustrés de n’avoir pas pu accéder au carré d’as de la CAN’2017 suite à leur élimination par le Cameroun à l’issue de la fatidique épreuve des tirs au but, sera déterminante.

«C’est aussi pour moi un nouveau challenge de participer à une Coupe du monde avec cette équipe. Et je sais que nous allons nous qualifier pour le prochain mondial. C’est le rêve de tout entraîneur dans sa carrière», avait promis le sélectionneur des Etalons, Paulo Duarte, en mars 2016 dans une interview à Fasozine. Autant dire que le Burkina et les Etalons sont d’ores et déjà au pied de leur prochain défi. Avec des sabots prêts pour transformer le rêve de Duarte en réalité pour le peuple du Burkina Faso.

Serge Mathias Tomondji

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir