Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)
Togo: le président Faure Gnassingbé investi candidat par son parti pour la présidentielle du 22 février 2020
Irak: «Plus d'une douzaine de missiles» ont été tirés par l'Iran contre deux bases utilisées par l'armée américaine (Pentagone)

SPORT

«Je demande pardon au peuple burkinabè», tels sont les premiers propos de l’entraineur des Etalons du Burkina, Paulo Duarte qui malgré la victoire de ses poulains ce vendredi 22 mars 2019 contre les Mourabitounes de la Mauritanie (1-0) dans le cadre de la 6e et dernière journée des éliminatoires de la CAN Egypte 2019, sont éliminés parce que du côté de Francistown, l’Angola a pris le dessus sur le Botswana (1-0).


Le Burkina avait l’obligation de gagner cette rencontre contre la Mauritanie tout en espérant une défaite ou un match nul de l’Angola en terre botswanaise. Mais ce soir du 22 mars 2019, Dieu était plutôt du côté de l’Angola qui lui, avait son destin entre ses mains et n’a pas voulu laisser passer l’occasion.  Déjà à la conférence de presse d’avant match, Paulo Duarte avait annoncé les couleurs de cette élimination des Etalons en indiquant que depuis l’entame de cette campagne, il est «malheureusement» confronté au fait que les Etalons enregistrent plusieurs blessés à la veille des grandes rencontres. «C’est un coup dur pour moi mais je ne peux pas faire autrement. C’est malheureusement la réalité des joueurs burkinabè. A chaque match, il y a des blessés. En plus, le Burkina n’a pas assez de joueurs en Ligue 1», avait-il déclaré le mercredi 20 mars dernier lors de la conférence de presse d’avant match.

Un supporter des Etalons au stade du 4 août ce 22 mars 2019

A deux mois et demi de la fin de son contrat, Paulo Duarte qui avait pour objectif de qualifier les Etalons pour le mondial 2018 et la CAN 2019, dit assumer cette débâcle des Etalons. «Lorsqu’on gagne c’est l’équipe mais lorsqu’on perd, c’est le coach et j’assume cette réalité du sport. C’est vraiment triste pour le football burkinabè et je demande pardon à tout le peuple burkinabè», s’empresse-t-il de dire. Pour l’entraineur des Etalons, ce n’est pas la qualité technique qui manque à cette équipe du Burkina mais plutôt le destin qui en a voulu ainsi. «Les cadres de l’équipe à l’image de Bakary Koné, Jonathan Pitroïpa, Charles Kaboré etc., avaient bien voulu disputer cette CAN pour mettre un terme à leur carrière. Ils ont tout donné mais malheureusement…», ajoute-t-il. Paulo Duarte reconnait tout de même que le Burkina devait se qualifié pour cette CAN au regard de la composition de son groupe mais que malheureusement, il n’a pris qu’un seul point sur ses trois matchs à l’extérieur. En attendant de faire le bilan, les regards sont donc tourné vers l’avenir et les reformes à venir au sein du football burkinabè. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé