Aujourd'hui,
URGENT
Mali: la première phase de l'opération de désarmement DDR terminée à Tombouctou
Diplomatie: le président du Faso en visite officielle à Paris a salué le respect des engagements pris à Ouagadougou par Emmanuel Macron
Politique: le groupe parlementaire dissident de l'UPC a changé de dénomination et s'appelle désormais Groupe parlementaire RD (UPC)
France: Chérif Chekatt, l'auteur de l'attentat contre le marché de Noël à Strasbourg qui a fait 3 morts, a été abattu par la police
Royaume-Uni: le Parlement votera sur le Brexit entre le 7 et le 21 janvier 2019
RDC: incendie dans un entrepôt de la Commission électorale à Kinshasa à 10 jours de la présidentielle, d'importants dégâts matériels
Mali: arrestation de Burkinabè soupçonnés de préparer des attentats à Ouaga, Bamako et Abidjan pendant les fêtes de fin d'année
Burkina: le flambeau du 11-décembre a été transmis à Tenkodogo, ville hôte de la célébration de l'indépendance en 2019
Centrafrique: arrestation en France de Patrice-Edouard Ngaïssona, ex-chef anti-balaka en RCA
11-décembre:  «Rien et absolument rien ne doit remettre en cause notre vouloir vivre-ensemble» (Roch Kaboré)

SPORT

Bobo-Dioulasso a abrité la 6e édition du championnat national des U17 en lutte le samedi 22 septembre 2018. A l’issue des 40 combats entre les jeunes en provenance de 10 provinces de la région, 4 sont montés sur la plus haute marche du podium.

La Fédération burkinabè de lutte a tenu son conseil de gestion et son Assemblée générale le dimanche 23 septembre dernier dans la ville de Sya. A la veille de cette activité statutaire, la FBL a honoré la ligue des Hauts-Bassins de la lutte traditionnelle. En effet, depuis son institution en 2013, c’est la première fois que le championnat des petites catégories a été organisé à Bobo-Dioulasso. En effet, ce championnat a été institué selon le président de la FBL, Pierre Badiel, pour préparer la relève dans cette discipline. Petite fédération certes, mais avec de grandes ambitions à l’image de sa ligue des Hauts-Bassins qui se bat tant bien que mal pour la promotion de la lutte à travers plusieurs compétitions dont le tournoi scolaire de lutte traditionnelle et celui du chef de canton qui connaitra la présence des lutteurs nigériens et sénégalais.

Ce sont donc des batailles de belle facture qui ont opposé 32 lutteurs dans une quarantaine de combats. En rappel, au départ 41 lutteurs, 9 ont été disqualifiés pour défaut d’âge. Dans la catégorie des 50 kg, c’est Armel Odilon  Foro de la province du Nayala qui est le champion national. Hamidou Souabou de la province du Sourou est le champion national dans la catégorie des 55 kg. Chez les 60 kg, c’est le jeune Bissabié Bako de la région du Mouhoun qui est le champion. Le plus beau combat de ces différentes finales a été l’opposition Salomon Wassin du Sourou et Sié Charles Coulibaly de la province de la Bougouriba. Une opposition qui a vu la victoire de Sié Charles Coulibaly.

Occasion pour le Dr Oumar Tiémoko Sanou, président de la ligue des Hauts-Bassins d’inviter les uns et les autres à la mobilisation autour de cette discipline qui selon lui, a un avenir radieux au Burkina. «Personne ne peut réaliser la culture seule. Ce n’est pas une histoire d’un groupe mais celle de toute la nation. C’est comme les Chinois qui ont fédéré leurs forces autour du Kun Fu. Il faut donc l’unité nationale», a conclu le président de la ligue.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

La hausse de 75 FCFA du prix du litre d’essence et de gasoil au Burkina Faso est-elle, selon vous, justifiée?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé