Aujourd'hui,
URGENT
Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie
CDP: le député Yahya Zoungrana et d’autres militants «exigent» la démission d’Eddie Komboigo
Burkina: les médias dénoncent le caractère liberticide de certains articles du futur Code pénal
Immigration: record de 71 millions de déplacés et de réfugiés dans le monde en 2018
France: l’ex-président Nicolas Sarkozy sera jugé pour corruption dans l'affaires des «écoutes»
Burkina: 17 civils tués dans une attaque terroriste à Béléhédé dans le département de Tongomayel (Province du Soum)
Egypte: l'Onu demande une enquête indépendante sur la mort de l'ancien président Mohamed Morsi
Gabon: colère des femmes gabonaises après la suppression du ministère dédié à l’Égalité
Burkina: le CICR renforce les capacités des journalistes sur la couverture «responsable» des conflits armés
Procès Putsch: le parquet militaire requiert la prison à vie pour les généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé. 

SPORT

Après Abidjan, les Etalons boulistes ont encore fait parler d’eux à la première édition de l’Open international de Dakar tenu du 11 au 13 mai 2018.


Tout comme au Tournoi international de pétanque d’Abidjan, l’équipe A des Etalons boulistes a été éliminée en 1/8 finale (13-2), cette fois par la Côte d’Ivoire. Il faut noter que la triplette ivoirienne était composée de joueurs béninois, nigérien et ivoirien. Sur 16 pays engagés, le Burkina était présent avec trois équipes dans cette compétition. Si l’équipe A a eu le mérite de se classer 9è, l’équipe B elle, s’est classée 17è et l’équipe C quant à elle, a occupé la 18è place.

Macaire Kaboré, président de la Fédération burkinabè de pétanque juge cette expédition de moins fructueuse même s’il estime que l’équipe nationale du Burkina mérite mieux que ce résultat au vu de sa forme actuelle. Toutefois, le premier responsable de la pétanque au Faso croit dur comme fer à une meilleure prestation des nôtres au Tournoi international de la Cedeao qui se tiendra en juin prochain à Ouagadougou. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé