Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire
Burkina: l'armée pilonne des bases terroristes à Pama et à Gayeri (Etat-major)

SPORT

Le 7 septembre dernier, la Fédération Burkinabè de Football (FBF) recevait  par ampliation une correspondance signée du Secrétaire général adjoint de la FIFA, l’informant de la reprise du match Afrique du Sud-Sénégal (Poule D), match joué le 12 novembre 2016 et comptant  pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2018. Le lendemain 8 septembre 2017, la Fédération Burkinabè de football, dont la sélection nationale, les Etalons, est leader dans ce groupe D, a adressé au président du  bureau des qualifications de la coupe du monde  FIFA  un avis juridique.


Dans cette correspondance, la FBF, au regard des conséquences graves qui pourraient découler  d’une telle décision  pour les autres équipes du groupe, et particulièrement pour l’équipe du Burkina Faso, la FBF a attiré l’attention de la FIFA sur un certain nombre d’illégalités que recèle la décision.
 
Il s’agit de l’ « incompétence juridique du Bureau des qualifications de la Coupe du monde  FIFA ».  La Fédération Burkinabè de Football a souligné que «le règlement des compétitions de la coupe du monde en son article 3 alinéa 3.O « donne compétence au bureau de qualifications  dans tout autre aspect  de la compétition  ne relevant  d’aucun organe  en vertu des statuts de la FIFA ou du règlement de la coupe du monde  Russie 2018». Pour ce faire , la FBF a tiré la conclusion que par cette décision , « le Bureau  des qualifications  sort de son domaine  de compétence car, dans le cas d’espèce, la présente répétition du match  n’est point motivée  par un cas de force majeure , mais comme une mesure disciplinaire  devant permettre  de lutter contre les manipulations des matches ».

Pour la FBF, seule la commission  de discipline est donc habilitée  à ordonner la reprise de ce match. En second point, la FBF a attiré l’attention de la FIFA sur la violation des règlements de la FIFA. Après avoir rappelé les articulations de l’article 31 bis du code  disciplinaire qui définit les matches à rejouer, la FBF a fait noter que « les raisons ayant conduit respectivement la commission de discipline, d’appel et le TAS à prendre des sanctions à l’égard de l’arbitre du match  ne se retrouvent dans aucun des cas de figure énumérés dans l’article sus-cité ».

Au regard de ceci, la FBF dit qu’il est « ahurissant  que le bureau des qualifications de la coupe du monde de la FIFA » de décider de la reprise de ce match, à moins que, soupçonne-t-elle, que « la décision ne recèle des intentions déguisées ».  La fédération Burkinabè de Football, dans l’avis, a tenu à préciser que « l’article 69 (unique) du code disciplinaire de la FIFA traitant des cas d’influence illégale sur le résultat d’un match n’évoque nullement la possibilité  de répéter un match .Mieux, se conforte la FBF, « l’article 15.6 du règlement de la coupe du monde de la FIFA stipule que les décisions de l’arbitre  sur des faits de jeu ne peuvent faire l’objet d’aucune réclamation  ». Cet article, souligne la FBF, « indique clairement que les décisions de l’arbitre  concernant les faits de jeu ne peuvent  pas être reportées.

De tout ce qui précède, la Fédération Burkinabè de Football estime que la «décision du Bureau des qualifications de la coupe du monde est entachée d’un certain nombre d’irrégularités».
Au-delà de ces irrégularités relevées, la FBF dit qu’il est «incompréhensible  que la décision du Bureau des qualifications intervienne dans un contexte où une équipe du groupe considérée à tort ou à raison  comme favorite se trouve dans une posture  difficile». En atteste la prise de décision le « lendemain de la double confrontation  Burkina-Sénégal. Pis, que le match  soit prévu à l’issue de la 6e journée comptant pour la qualification».

 C’est pourquoi la FBF est parvenue à cette conclusion : «  Nous estimons sans ambages que la décision du Bureau des qualifications est de nature à favoriser une équipe du groupe et brime donc des équipes comme celles du Burkina Faso, du Cap Vert et même de l’Afrique du sud qui n’a aucunement perdu tout espoir de qualification ».
La faitière du football burkinabè  demande donc à ce que la décision soit infirmée car «illégale et entachée d’excès de pouvoir».

Pour conclure cette correspondance adressée à la FIFA, la Fédération Burkinabè de Football  espère que la décision de cette dernière « nous fera  l’économie d’une saisine  du Tribunal Arbitral des Sports (TAS) de Lausanne »
La Cellule  Communication

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir