Aujourd'hui,
URGENT
Cameroun: 81 policiers et militaires tués dans la crise anglophone (RFI)
Ouagadougou: une Conférence internationale se tiendra les 9 et 10 juillet 2018 sur la mise en œuvre du PNDES 
Niger: la Cour constitutionnelle a déchu l‘opposant Hama Amadou de sa qualité de député (RFI)
Terrorisme: 146 individus activement recherchés par les forces de sécurité et de défense (officiel)
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti
Burkina: près de 25 000 réfugiés bénéficient de l’asile (HCR)
HCR: 68,5 millions de personnes déracinées dans le monde à la fin 2017 (Rapport)
Côte d’Ivoire: une pluie diluvienne fait au moins 10 morts dans plusieurs quartiers d’Abidjan (AIB)
Economie: au 31 janvier 2017, les chèques impayés émis au profit de l’Etat burkinabè représentait un montant de plus de 36 milliards de FCFA
Cameroun:  deux militants du RDPC tués, le gouvernement accuse les séparatistes (RFI)

SPORT

L’international burkinabè Jonathan Zongo, blessé pendant le match Burkina-Gabon (1-1) à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2017), est en terre natale depuis une semaine. Faisant le point sur son état de santé à la presse ce mercredi 12 juillet à son hôtel situé à une vingtaine de kilomètres de Ouagadougou, il a démenti les rumeurs sur son prétendu abandon par les autorités burkinabè.


Jonathan Zongo avait été blessé lors de la rencontre entre les Etalons et le Gabon dans le cadre de la CAN 2017. Il a été transféré d’urgence en Espagne où il a suivi une opération (réussie) grâce à la diligence des autorités burkinabè avec en tête, le président Roch Marc Christian Kaboré. Mais dans la journée du mardi 11 juillet dernier, une rumeur affirmant que le joueur a été délaissé par les autorités burkinabè, a circulé.

Pour Jonathan Zongo, tout va bien et rien ne saurait justifier un tel acharnement sur son sort. «Nous sommes à un mois d'un match capital. Je n'ai pas besoin de ça, les Etalons n'ont pas besoin de ça et mon pays n'a pas besoin de ça. Nous devons rester unis autour de nos Etalons», a lâché Jonathan Zongo.

Du point de vue de la récupération, le joueur affirme: «Je suis au pays pour voir ma famille et pour passer du bon temps avec elle. Côté financier, il n’y a pas trop de problèmes. Je me suis fait opérer et tous les frais ont été pris en charge par l’Etat burkinabè. Après la convalescence, je suis dans la récupération à 100%.»

Il ajoute d’ailleurs que cela fait plus de deux mois qu’il voulait rentrer au pays mais que son médecin ne lui a pas donné l’autorisation. «Je suis en phase de cicatrisation. Le docteur m’a donc dit que c’est le moment qu’on puisse me laisser aller voir la famille parce que j’étais stressé, parce que cela faisait cinq mois que je n’avais pas vu ma famille.»

Sur d’autres rumeurs tendant à faire croire qu’il était dans une situation précaire, l’Etalon répond qu’il n’en n’est rien. Certains bruits faisaient également état de deux lettres envoyées par Jonathan Zongo au président du Faso Roch Marc Christian Kaboré relativement à cette situation «difficile». «Je ne rentre pas dans ces débats. C’est classé top secret», a répondu M. Zongo. Il affirme d’ailleurs que tout est en train d’être fait pour que la suite de sa rééducation se passe bien.

Quand on lui parle de la rupture de contrat entre son club et lui (autres rumeurs), Jonathan Zongo coupe net : «Il n’y a pas rupture de contrat entre mon club et moi. J’étais en fin de contrat depuis le 30 juin 2017. Je me suis blessé en janvier, c’est donc normal que le club préserve ses intérêts en évitant de renouveler un contrat qui ne lui sera pas profitable, surtout que c’est une blessure qui va m’immobiliser pendant 10 mois au moins. Il faut comprendre qu’entre les clubs et les joueurs, c’est une question d’intérêts.»

De son côté, le médecin des Etalons footballeurs, Alain Traoré, confie que tout se passe bien et que Jonathan Zongo reviendra très bientôt sur les pelouses pour le bonheur et le plaisir des sportifs.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir