Aujourd'hui,
URGENT
Football: les 24 équipes qualifiées pour la CAN 2019 sont connues, le tirage prévu le 12 avril à Gizeh
Mali: une centaine de civils tués dans le centre du pays, le gouvernement annonce l'ouverture d'une enquête 
Côte d'Ivoire: Pascal Affi N'Guessan candidat à l'investiture FPI pour 2020
Gabon: Ali Bongo de retour au Gabon après plusieurs mois de convalescence au Maroc
Burkina: lancement d’une campagne de vaccination pour contrer une épidémie de méningite dans la région de l'Est
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés

SPORT

Le Malgache Ahmad Ahmad a été élu ce jeudi 16 mars 2017 président de la Confédération africaine de Football (CAF). Il a battu Issa Hayatou 34 voix contre 20 à l’issue du scrutin qui s’est tenu à Addis-Abeba, en Ethiopie. Pour certains observateurs burkinabè du football «c’est un vote sanction» qui démontre le «désaveux» des sportifs africains.


Arouna Savadogo, membre du Comité nationale Spécial Olympics

«Je crois que c’est une bonne chose parce que cela fait plusieurs décennies qu’Issa Hayatou est à la tête de la CAF et il était temps qu’il cède la place à quelqu’un d’autre. Si nous crions que les chefs d’Etats ne doivent pas rester au pouvoir pendant longtemps, il faudrait aussi que les organisations structurées puissent respecter la même chose. Souvent on est fatigué lorsqu’on reste longtemps à un poste alors qu’il y a d’autres compétences qui existent. Qu’Issa Hayatou soit là ou pas, la CAF continuera d’exister et contribuer au développement du football africain.»

Bachirou Sorgho, journaliste sportif

«Issa Hayatou a duré. Il partait pour son 8è mandat et il  a échoué.  En principe, cela ne devrait pas étonner la logique de raisonnement. Il faut comprendre qu’Issa Hayatou avait donné des consignes de vote pour soutenir l’adversaire de l’actuel président de la FIFA, Gianni Infantino. Et si l’Afrique avait suivie les consignes de la CAF, Infantino n’allait pas être président de la FIFA. Donc cela veut dire qu’Issa Hayatou avait été désavoué depuis l’élection à la FIFA et cela s’est confirmé avec cette élection. Désaveu qui prouve que les Africains ont pris une autre route et qu’ils ont décidé de déchoir ceux qui pensent qu’ils peuvent mourir au pouvoir. Il faut comprendre que ce n’est pas le Malgache qui a été élu mais plutôt le désaveu d’Issa Hayatou qui a été prouvé.»

Assami Tiemtoré, journaliste sportif

«Il était temps qu’Issa Hayatou cède sa place à quelqu’un après 29 ans à la tête de la CAF. Il faut aussi que chacun prouve ses compétences et je pense que celui qui a été élu montrera de quoi il est capable. J’espère qu’il montrera de belles choses qu’on n’a pas connu avec la CAF d’Issa Hayatou.  C’est le changement tant prôné qui  a été à la faveur du Malgache Ahmad Ahmad.»

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé