Aujourd'hui,
14 novembre 2016 à 14:39

RAF 2016-JOUR J-1: Emergence et investissements, demandez les guides!

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Dans son souci de donner vie aux réflexions qui se mènent sous son chapiteau et de donner corps aux idées qui se brassent d’édition en édition, le Rebranding Africa Forum met à la disposition du public des guides pédagogiques qui méritent le détour. Chaque édition du RAF débouche ainsi sur la réalisation d’un document qui synthétise admirablement, en « 50 idées clés », l’essentiel des constats et suggestions des participants.

 

 

Deux éditions et déjà deux guides ! Le premier, « L’émergence de l’Afrique en 50 idées clés » — ou plus simplement « Le Guide de l’émergence africaine » — recense cinquante points forts qui revisitent les échanges de l’édition 2014 du Rebranding Africa Forum (RAF). Mais également, ce guide constitue un document de premier choix qui fait l’état des lieux du concept de l’émergence, les conditions pour y arriver et les leviers à actionner pour l’impulser.

On note ainsi entre autres, au nombre des idées clés évoqués, qu’il est important d’élaborer un plan concerté et intégré d’industrialisation de l’Afrique. Cette idée — qui sera sans doute abondamment reprise au cours de cette troisième édition du RAF — permettra tout d’abord d’éviter la dispersion des énergies. Mais aussi, peut-on lire dans le Guide de l’émergence, « face aux géants européens, américains et asiatiques, nous n’avons d’autre alternative, pour émerger, que de nous regrouper pour construire des pôles industriels forts et compétitifs ». Mais ce n’est pas tout. Il faudra aussi promouvoir et soutenir le développement du secteur privé, ainsi que l’investissement local. Pour ce faire, le « Guide » propose que « les Etats africains prennent des mesures administratives, fiscales et économiques en vue de favoriser l’émergence et le développement d’un secteur privé fort et d’acteurs économiques locaux ». On peut également noter des suggestions fortes qui recommandent par exemple d’« investir fondamentalement dans l’humain, premier facteur de développement économique », de « consolider et promouvoir la bonne gouvernance économique », d’« accorder plus de responsabilités politiques et économiques aux femmes », ou encore de « renforcer la démocratie et la bonne gouvernance ».

Au total, le Guide de l’émergence consigne cinquante idées clés regroupées en trois catégories — socio-économique, sociopolitique et socioculturel — corrélativement au thème de la première édition du Rebranding Africa Forum : L’émergence, à quel prix ? « Je suis très fier de l’édition de ce guide, qui est désormais un référent de poids sur la question de l’émergence africaine, au service des Etats, des institutions, des chercheurs et de tout autre acteur de développement. Il s’agit d’un guide qui ne vient nullement donner des leçons, mais qui a le mérite, je le pense, de poser clairement de débat et de répertorier un certain nombre de clés que chacun pourra amender, enrichir et documenter », a notamment indiqué Thierry Hot, fondateur du RAF, dans une interview.

On comprend donc aisément que cette démarche soit reconduite avec la deuxième édition du forum, consacrée au thème de l’édition de 2015 : « Investir en Afrique, Entreprendre pour l’Afrique ». Si « le respect de l’Etat de droit »figure en bonne place dans les « 50 idées et secteurs clés » mis en exergue dans ce guide de 40 pages, il met également en avant la nécessité d’« un cadre des affaires stables et viables ». Ici, indique le Guide, « il s’agit d’un cadre des affaires régi par des normes ni trop rigides ni trop fluctuantes, de manière à garantir aux investisseurs et entrepreneurs une visibilité ou prévisibilité économique suffisamment claire, à moyen voire à long terme ».

Mais il faut aussi — autre idée clé du Guide — « favoriser l’investissement et l’entreprenariat des diasporas africaines ». Pour y arriver, les rédacteurs du Guide invitent à… « cesser de traiter les diasporas avec méfiance ou comme des adversaires, mais de les considérer plutôt comme de véritables partenaires, au regard de leurs compétences et de leurs moyens ». C’est pourquoi, conclut le document sur cette question, « l’idée embryonnaire des ministères chargés des diasporas mérite une considération plus attentive de la part des dirigeants africains ».

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais il faut aussi — autre idée clé du Guide — « favoriser l’investissement et l’entreprenariat des diasporas africaines ». Pour y arriver, les rédacteurs du Guide invitent à… « cesser de traiter les diasporas avec méfiance ou comme des adversaires, mais de les considérer plutôt comme de véritables partenaires, au regard de leurs compétences et de leurs moyens ». C’est pourquoi, conclut le document sur cette question, « l’idée embryonnaire des ministères chargés des diasporas mérite une considération plus attentive de la part des dirigeants africains ».

Soigner donc les diasporas africaines, mais également développer les structures de financement des PME. Il faut savoir, précise le document, que « les PME occupent 50% de l’emploi et 80% à 90% de l’économie ». Il faut dès lors trouver une solution efficace pour surmonter le plus grand obstacle qu’elles rencontrent, celui du financement. « Une utilisation judicieuse de la commande publique, qui représente en Afrique, en moyenne, 50% des dépenses publiques (ou 7,5% du PIB), peut amplifier le rythme d’expansion des entreprises. Au Kenya par exemple, le gouvernement a une politique d’approvisionnement préférentielle qui prévoit de consacrer 30% des dépenses à des entreprises appartenant à des jeunes, des femmes ou des personnes handicapées. C’est un exemple à suivre et à développer sur le continent », peut-on lire dans ce Guide consacré aux investissements et à l’entreprenariat pour et en Afrique.

Après avoir appelé à élaborer un plan concerté et intégré d’industrialisation de l’Afrique dans le guide de l’édition 2014 du RAF, le document-synthèse du rendez de 2015 a remis le couvert en appelant à… investir dans l’industrialisation. En indiquant notamment que « l’explosion démographique en cours sur le continent rend indispensable le franchissement du cap de l’industrialisation, et prioritairement dans le secteur agricole », le guide annonce aussi que cette importante question fera « l’objet d’une attention spécifique lors de l’édition 2016 du RAF ». Chiche, nous y sommes !

Serge Mathias Tomondji

Lu 1155 fois Dernière modification le 14 novembre 2016 à 14:39

Des mots pour le dire...

Sondage

Comment jugez-vous la marche globale du Burkina trois ans après l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé