Monde arabe: qui sauvera la Libye de Kadhafi?

23 fév 2011

Fidèle à ses extravagances, le guide de la révolution libyenne n’a pas trouvé meilleure réaction à la révolte de son peuple que de lui imposer une répression sanglante. Avec l’utilisation d’armes lourdes et des forces aéroportées contre des manifestants aux mains nues, le colonel Mouammar Kadhafi est allé plus loin, beaucoup trop loin pour défendre un pouvoir qu’il tient d’une main de fer depuis plus de 42 ans.   

Le moins que l’on puisse dire c’est que le guide a franchi le Rubicon. Le père a simplement mis à exécution les menaces d’extermination proférées par le fils Seïf Islam. Dans un discours musclé qu’il a tenu lui-même ce mardi à la télévision nationale, il n’est pas allé de main morte. Il promet, sans sourciller, de réprimer les manifestations qui ont gagné l’ensemble du territoire libyen. Car, pour lui, il s’agit de «complot» ourdi par «l’extérieur» contre son régime.
Et pourtant de nombreuses défections intervenues parmi ses dignitaires font partie des signes d’un malaise réel et profond que ne font qu’exprimer les contestataires de son régime. Lorsque les ministres en charge de l’intérieur et de la justice, ainsi que de nombreux diplomates décident de quitter le navire, c’est bien la preuve que le ver est dans le fruit. Malheureusement, le colonel Kadhafi et ses faucons, tout comme les membres de sa tribu, refusent de regarder la réalité en face. Le «bédouin» de Benghazi préfère des répressions meurtrières que d’engager un véritable dialogue politique pour faire baisser la température.
Pendant ce temps, la communauté internationale semble impuissante contre ce guide qui a visiblement perdu le Nord et qui n’a point d’oreille pour les appels à la raison.  Qui peut arrêter la folie meurtrière qui s’est emparée de Kadhafi? Telle est la grave question.  

{flvremote}http://www.fasozine.com/images/stories/videos/telecel08.flv{/flvremote}

← Fespaco’2011: plus de 10 000 cinéphiles attendus par jour 22e Fespaco: Ouaga se prépare à faire son cinéma →