Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l‘économiste Abdallah Hamdok, ancien collaborateur des Nations unies, a prêté serment comme Premier ministre
Mali: 5 morts dans l'attaque d'un convoi militaire au centre du pays
Burkina: les cinq militaires portés disparus suite à l'attaque de Koutougou ont été retrouvés "tous vivants" (Armée nationale)
Kampti (Poni): 7 morts dans des éboulements de mines d’or artisanales
Etats-Unis: le FMI critique ouvertement la politique commerciale de Donald Trump
Cameroun: le chef des séparatistes anglophones condamné à la perpétuité
Italie: le président du Conseil Giuseppe Conte annonce sa démission
Ouagadougou: un important lot de poulets impropres à la consommation déversé à l’arrondissement 6, une enquête ouverte
Burkina: le bilan actualisé de l'attaque de Koutougou est de 24 militaires tués, 5 disparus et 7 blessés
Burkina: 40 terroristes tués après l’attaque de Koutougou (AIB)

Photo: Aleppo Media Centre / AFP

Selon le rapport annuel du Reporters sans frontières (RSF), 80 journalistes ont été tués dans le monde en 2018, un chiffre en hausse par rapport aux années précédentes. Un chiffre qualifié de « violence inédite » qui inquiète l’organisation à une semaine de la fin de l’année.

Les 80 journalistes ont été tués pour avoir exercé leur mission d'information, une nette augmentation par rapport à 2017 où 65 journalistes avaient été tués, selon le rapport rendu public la semaine dernière.

Selon BFMTV qui en fait la synthèse, « 63 journalistes professionnels font partie des tués soit une hausse de 15%, 13 journalistes non professionnels (contre 7 l'an dernier) et 4 collaborateurs de médias ». Une violence « inédite »contre les journalistes.

Aussi, RSF précise que près de la moitié ont été sciemment visés et assassinés à l’image du journaliste et éditorialiste saoudien, Jamal Khashoggi (tué le 2 octobre) et du slovaque Jan Kuciak (tué le 21 février).

« La haine contre les journalistes proférée, voire même revendiquée, par des leaders politiques, religieux ou des businessmen sans scrupules a des conséquences dramatiques sur le terrain et se traduit par une hausse inquiétante des violations à l'égard des journalistes » fait savoir Christophe Deloire, secrétaire général de RSF. 

Ledit rapport précise également que l’Afghanistan est le pays le plus dangereux pour les journalistes avec 15 tués. Par ailleurs, les victimes sont majoritairement des hommes 77 pour 3 femmes, travaillant localement, 75 journalistes locaux contre 5 étrangers.

Source : BFMTV