Aujourd'hui,
URGENT
Politique: le groupe parlementaire dissident de l'UPC a changé de dénomination et s'appelle désormais Groupe parlementaire RD (UPC)
France: Chérif Chekatt, l'auteur de l'attentat contre le marché de Noël à Strasbourg qui a fait 3 morts, a été abattu par la police
Royaume-Uni: le Parlement votera sur le Brexit entre le 7 et le 21 janvier 2019
RDC: incendie dans un entrepôt de la Commission électorale à Kinshasa à 10 jours de la présidentielle, d'importants dégâts matériels
Mali: arrestation de Burkinabè soupçonnés de préparer des attentats à Ouaga, Bamako et Abidjan pendant les fêtes de fin d'année
Burkina: le flambeau du 11-décembre a été transmis à Tenkodogo, ville hôte de la célébration de l'indépendance en 2019
Centrafrique: arrestation en France de Patrice-Edouard Ngaïssona, ex-chef anti-balaka en RCA
11-décembre:  «Rien et absolument rien ne doit remettre en cause notre vouloir vivre-ensemble» (Roch Kaboré)
Migration: le pacte de l’ONU sur les migrations adopté à Marrakech
11-Décembre: "L'occasion de rendre hommage à notre peuple travailleur et de saluer la mémoire des bâtisseurs de notre nation." (Roch Kaboré)

Dans ce communiqué, le ministère en charge de la Solidarité nationale et de la Famille indique que des opérations seront bientôt menées pour mettre fin à l’utilisation des enfants comme mendiant. La ministre, au regard des textes, estime que « la présence des enfants dans la rue, est répréhensible ».

"Le ministère de la femme, de la solidarité nationale et de la famille, en tant que département en charge de la protection des droits des enfants, est préoccupé par l’ampleur que prend le phénomène des enfants et des jeunes en situation de rue au Burkina Faso.

Des enquêtes menées par les services compétents, il ressort que la première occupation des enfants dans la rue est la mendicité avec 4 226 cas récencés soit 46,6 % de la population cible. En outre, les statistiques révèlent que 10% de l’effectif total soit 897 enfants âgés de 0 à 5 ans, sont généralement utilisés par des mères pour mener la mendicité.

Au regard de cette situation inquiétante qui met en péril la santé, l’éducation et le bien –être des enfants, la ministre de la femme, de la solidarité nationale et de la famille voudrait rappeler que, conformément aux lois et textes en vigueur, la présence des enfants dans la rue, est répréhensible.

Au nombre de ces dispositions règlementaires interdisant la mendicité, on peut citer :

- Le code pénal ;

la loi n°029-2008/AN du 15 mai 2008 portant lutte contre la traite des personnes et les pratiques assimilés ;

- La loi n°11/64/AN du 29 juillet 1964 portant règlementation de la circulation des mineurs, de leur fréquentation dans les débits de boissons, bars-dancing, salles de cinéma et de spectacles ;

- Le décret n°2016-504/PRES/PM/MFPTPS/MS/MFSNF du 09 juin 2016 portant détermination de la liste des travaux dangereux interdits aux enfants.

Il est plus que jamais urgent de veiller au strict respect de ces dispositions.

Le ministère saisit l’occasion pour inviter les parents à s’investir davantage dans l’éducation et l’encadrement des enfants et à faire de nos familles, des socles forts de notre société.

Dans les prochains jours, des actions vigoureuses seront entreprises pour le respect strict de la réglementation, et ce, de concert avec les autres acteurs concernés.

Aussi, l’opinion publique est-elle invitée à jouer son rôle déterminant de veille pour accompagner la volonté des pouvoirs publics à mettre un terme à ce fléau qui compromet l’avenir de nos enfants."

Marie Hélène Laurence Ilboudo / Marchal,

ministre de la femme, de la solidarité nationale et de la famille