Back Vous êtes ici : Accueil PORTRAIT

Ahmed Ouédraogo: l’avocat de l’Afrique devant la CPI

Depuis le 17 juin 2013, il a décroché, à 29 ans, le très convoité grade de docteur en droit, faisant ainsi honneur à son père, me Halidou Ouédraogo, le célèbre magistrat devenu avocat-défenseur et dont le nom et l’engagement public riment avec la lutte contre l’impunité et le combat pour les libertés fondamentales au Burkina. Et pourtant, rien ne prédisposait Ahmed Ouédraogo à emprunter le chemin du droit. Dès le collège, il voulait devenir ingénieur hydraulicien. Mais le sort, et surtout les événements qui ont marqué son pays et sa famille en ont, quelque peu, décidé autrement. Fenêtre sur le parcours d’un juriste bien né.

Lire la suite...

Ramata Soré: La voix du Burkina à la Deutsche Welle

Ramata Soré est partie à la conquête des ondes internationales avec une autre corde à son arc de journaliste. Depuis juin 2012, elle a intégré la rédaction française de la Deutsche Welle, prêtant ainsi sa voix à la prestigieuse radio internationale basée à Bonn en Allemagne.

Lire la suite...

Me Prosper Farama: Avocat par passion

Pour Prosper Farama, devenir «défenseur de la veuve et de l’orphelin», fût plutôt une question de passion pour la justice et l’intégrité. Jeune étudiant à la faculté de droit de l’université de Ouagadougou il avait horreur du spectacle d’injustice et de corruption que lui offrait la vie de tous les jours. C’est sans hésitation qu’il a choisi d’enfiler cette robe noire d’avocat qui fait de lui l’un des plus célèbres et les plus sollicités de sa génération.

Lire la suite...

Amina Kanté: Une avocate pour le Faso dan fani

Passionnée de Faso dan fani, pagne tissé traditionnellement et véritable label burkinabè, Amina Kanté fait de la promotion de ce tissu son cheval de bataille. Son champ d’expression favori, la vente de produits d’ameublement et de décoration intérieure.

Lire la suite...

Soumaïla Traoré: Vocation, défenseur des personnes handicapées

Débarqué en 2006, de son Bobo-Dioulasso natal pour poursuivre des études supérieures à l’Université de Ouagadougou, Soumaïla Traoré n’a ni pieds, ni mains. Il a perdu ses principaux organes de motricité dans un tragique accident survenu dans sa tendre enfance. Mais le garçon ne s’est jamais croisé les bras pour attendre une quelconque providence. Il s’est toujours battu pour aller à l’école pour réussir sa vie. Son plus beau rêve est de devenir «le défenseur de toutes les personnes handicapées».

Lire la suite...