Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays
Football: les Étalons du Burkina font match nul (0-0) face à l'Ouganda au titre de la 1re journée des éliminatoires de la Can 2021
Coopération: l’Algérie prête à mettre son expérience à la disposition du Burkina dans la lutte contre le terrorisme
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré interpellé par la police 
Economie: la Chine veut apporter plus d'opportunités à la croissance économique mondiale
Education: le Burkina veut rendre effective l’obligation de la scolarisation des enfants de 06 à 16 ans d’ici à 2030
Burkina: hausse du taux brut de scolarisation au primaire passant de 33,8% en 1994 à 88,5% en 2017 (Officiel)
Burkina: trois assaillants abattus à Foutouri dans l'Est du pays suite à une «vigoureuse riposte» des soldats (Armée)
Brésil: l'ex-président brésilien Lula est sorti de prison après plus d'un an et demi d'incarcération

Photo: Cyril Almeras (www.cyrilalmeras.com)

Cartes Bonne Année feux d'artifices

A l’occasion du nouvel An, certains Ouagalais émettent le vœu que 2019 soit une année meilleure que 2018. Pour certains, 2018 aura été une année douloureuse au regard de la situation sécuritaire et sociopolitique.

Parfait Tassembedo, professeur de mathématique
«Pour la nouvelle année qui commence, je formule des vœux de paix  pour  ma patrie le Burkina Faso. Trop de sang ont coulé sur notre sol, trop de revendications, trop d’amertume dans le cœur  du peuple. Que 2019 soit une année de réconciliation et d’attente dans nos familles et entre nos dirigeants et la population. Nous n’avions pas encore vue une année aussi douloureuse que 2018 au Burkina Faso avec des terroristes qui ont tué et continuent de tuer nos Forces de défense et de sécurité, des écoles ont été fermées, des enseignants humiliés devant leurs élèves. Vivement qu’elle soit la dernière, des revendications de tous les côtés avec un gouvernement incompétent à la limite s’il se soucis de la population. Plus jamais une année pareille pour notre pays. Tel est mon vœu le plus cher.»

Samiratou Bambara, étudiante en histoire à l’université de Ouagadougou 
«Rien n’a vraiment marché cette année en général. Tous se plaignaient de la cherté de la vie, du manque d’emploi, de la mal gouvernance, de décès que certains jugent de négligence du parti au pouvoir … Les terroristes nous ont menés la vie insupportable et endeuillé plusieurs familles. Plus de larmes pour 2019. Tel est mon vœu le plus cher. Que ceux qui font couler le sang de nos forces de défense et de sécurité voient le sort se retourner contre eux. Puisse le seigneur bénir richement le Burkina afin que nous vivions dans une parfaite harmonie. Je demande aux politiciens de laisser de côté leurs querelles politiques et de s’unir pour un intérêt commun, le bien être de la nation. Un adage mossi dit qu’une seule main ne peut pas ramasser la farine donc qu’ils s’unissent pour vaincre nos ennemis.»

Sê nomwendé Ouédraogo
«Une année meilleure que celles antérieures est mon souhait pour 2019. Que les différents secteurs que ce soient l’élevage, l’agriculture, le commerce, dans la fonction publique et privée prospèrent. Si c’était possible que les dirigeants au pouvoir actuel lèguent la gestion du pays à d’autres personnes mieux compétentes, cela serait avantageux pour le Burkina. Le pays souffre depuis les trois ans au pouvoir de Roch Marc Christian Kaboré. Rien ne fonctionne comme il se doit et pis, notre armée à cette allure va disparaitre avec le nombre incommensurable de FDS qui meurt pour la patrie. Trop c’est trop. Il y’a eu trop de veuves et d’orphelins cette année et nos cœurs saignent. Que 2019 soit une année de joie, de santé de postérité et d’entente  et surtout de paix. Nous ne voulons plus pleurer. Que nos cœurs soient apaisés en 2019 et pour les autres années. Que 2018 qui a été une année macabre s’en aille avec toutes ses incertitudes.»

Arouna Savadogo, président du Tocsin
«2018 a été une année très difficile pour les Burkinabè avec de nombreux décès. C’est le lieu d’interpeller les uns et les autres à resserrer les rangs afin que nous puissions venir à bout des forces du mal. Aux politiciens, je leur demande de reconsidérer l’intérêt supérieur de la nation, seul gage de stabilité, de cohésion sociale et de paix dans notre pays. Bonne et heureuse année à toutes et à tous.»

Hervé Ouattara, président du mouvement Citoyen africain pour le renouveau (CAR)
«Que 2019 soit une année de prise de conscience à tous les niveaux. C’est une année douloureuse que nous venons de traverser et nous avons tous intérêt à mettre nos égos de côté pour un changement positif dans notre pays. C’est le lieu de féliciter nos FDS pour leur sacrifice au profit de la nation et surtout de dire que nous avons une pensée pour les disparus, les blessés et les cœurs meurtris. Une nation se construit avec l’ensemble de ses filles et fils et c’est le lieu pour moi d’interpeller tous les Burkinabè sur le devenir de ce pays.»

Naïm Touré, web activiste/ lanceur d'alerte
«2018 a été une année très difficile pour le peuple de plus en plus assoiffé de paix, de justice, d’égalité sociale et de gouvernance vertueuse. Puissent les dirigeants s'en inspirer et revoir leur copie sans quoi nous allons droit au mur. Mes vœux les meilleurs à tous les Burkinabè. Santé, paix, prospérité. Puisse 2019 être meilleure et pleine de Grâces.»

Salfo Soré dit Jah Press, directeur général de Bizart productions/ Commissaire général des Kundé 
«L’année 2018 a été une année culturelle et surtout musicale qui a vu l’excellence de la musique burkinabè s’imposer sur la scène nationale. Une année où nous avons pu célébrer la 18è édition des Kundé qui a vu le sacre de Awa Bousim, Kundé d’or 2018. En cette année 2019, au nom du Commissariat général des Kundé et à mon nom propre, je présente mes vœux de santé, de prospérité, de paix et de sécurité à l’ensemble des Burkinabè. Au monde de la culture et plus précisément au monde de la musique, je voudrais nous exhorter à plus d’ardeur au travail en vue d’avoir des produits compétitifs qui puissent imposer davantage la musique burkinabè sur la scène internationale. A bientôt aux Kundé 2019 où le prestige et l’excellence seront encore au rendez-vous !»

Charles Tehi, président de l'Union des ressortissants de Côte d'Ivoire au Burkina (Urecib)
«Au nom de toute la communauté ivoirienne vivant au Burkina Faso, je souhaite les vœux de paix, de stabilité et de cohésion pour la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso pour cette année 2019. Que les forces du mal (les terroristes) échouent dans leurs plans machiavéliques contre le Burkina et dans la sous-région Ouest-africaine. Que Dieu bénisse et renforce le lien d'intégration entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso.»

Cheick Omar Konossokoro, promoteur du Salon international de l’environnement et des énergies de Ouagadougou
"Notre pays a été beaucoup éprouvé en 2018 par les attaques terroristes. Une pensée pour les victimes de ces attaques. Je souhaite que 2019, n’enregistre pas de victimes pour cause d’attaque terroriste. Je souhaite que les autorités prennent la pleine mesure de la situation et engagent les moyens conséquents pour y faire face. Je souhaite également qu’en 2019, nos projets soient couronnés de succès et que les affaires prospèrent. Je souhaite simplement que l’année 2019 soit meilleure à 2018. Bonne et heureuse année 2019."