Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l‘économiste Abdallah Hamdok, ancien collaborateur des Nations unies, a prêté serment comme Premier ministre
Mali: 5 morts dans l'attaque d'un convoi militaire au centre du pays
Burkina: les cinq militaires portés disparus suite à l'attaque de Koutougou ont été retrouvés "tous vivants" (Armée nationale)
Kampti (Poni): 7 morts dans des éboulements de mines d’or artisanales
Etats-Unis: le FMI critique ouvertement la politique commerciale de Donald Trump
Cameroun: le chef des séparatistes anglophones condamné à la perpétuité
Italie: le président du Conseil Giuseppe Conte annonce sa démission
Ouagadougou: un important lot de poulets impropres à la consommation déversé à l’arrondissement 6, une enquête ouverte
Burkina: le bilan actualisé de l'attaque de Koutougou est de 24 militaires tués, 5 disparus et 7 blessés
Burkina: 40 terroristes tués après l’attaque de Koutougou (AIB)

Selon nos confrères de radio Bagrépôle FM qui rapportent ses propos, le député Jean Célestin Zouré, membre du groupe des 13 frondeurs de l'UPC-RD, s’exprimait devant la presse mardi 17 octobre 2017 à Garango.

«Moi je propose que Zéphirin accepte de se mettre de côté». C’est le conseil que donne Jean Célestin Zouré, un des 13 députés ayant quitté le groupe parlementaire Union pour le progrès et le changement (UPC) début octobre pour fonder l’UPC-RD (Renouveau démocratique).

Cela permettra, d’après lui, la mise en place d’un directoire provisoire chargé de colmater les brèches. Ce directoire devra être constitué de «gens de bonne foi, sages, qui écoutent tout» et devant lesquels les protagonistes de la crise pourront s’expliquer à huis-clos.

«Chacun va savoir le problème qu'il y a entre nous. Ensuite, on convoque un congrès extraordinaire qui remet les instances en place. Et si Zéphirin Diabré veut encore être notre président, on le met président, s'il veut être notre candidat, on le met candidat, puis on l'accompagne», préconise le député-maire de la ville de Garango, dont les propos sont rapportés par Bagrépôle FM.

Pour rappel, la crise à l’UPC, parti du chef de file de l’opposition, est née quand Daouda Simboro, le président du groupe parlementaire a démissionné de son poste pour «convenance personnelle», avec 12 de ses camarades.

Ils indiquaient que leur départ est lié à «un mauvais traitement» de la part de certains cadres de la direction du parti.

Ils annonçaient la formation d’un nouveau groupe parlementaire l’«UPC-Renouveau démocratique», groupe qui dit rester dans l’opposition parlementaire.

La direction et des militants du parti, qui ne l’entendaient pas de cette oreille, réclament leur démission pure et simple.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir