Home Kisito: la Fondation air France aux côtés des orphelins et enfants abandonnés

09 nov 2011

Contribuer à mieux prendre en charge les pensionnaires de l’orphelinat «Home Kisito». C’est une préoccupation cponstante de la Fondation Air France qui soutient la construction d’une pouponnière sur le nouveau site dudit orphelinat à Cissin, un quartier de Ouagadougou. L’inauguration de la crèche aura lieu le samedi 12 novembre prochain.

Réalisée avec le soutien financier de la Fondation Air France, la pouponnière est bâtie sur une surface d’environ 200 m2. La construction de cette structure est devenue réalité grâce à une initiative de l’Association «Graines de Joie Développement», créée en 1998. Pour les responsables de cette association, l’idée d’améliorer les capacités et les conditions d’accueil de «Home Kosito» est née du constat que l’orphelinat est menacé de fermeture parce que ses locaux, vétustes et délabrés, ne répondent plus aux normes exigées par le ministère de l’Action sociale et de la solidarité nationale (MASSN).
Ce projet a eu un écho favorable auprès de la Fondation Air France qui fait également de la cause de l’enfance en difficulté, son cheval de bataille. Créée en 1992, la Fondation s’investit dans l’amélioration des conditions de vie des enfants et des jeunes malades ou handicapés et les jeunes en difficulté. C’est ainsi qu’à travers son programme Enfance et Sida, elle a déjà aidé à la prise en charge des enfants atteints du Sida.
En 2010, la Fondation Air France a financé 100 projets en France et dans le monde. En 2011, elle soutient 101 projets. Depuis sa création en 1992, ce sont 747 projets en faveur des enfants et des jeunes malades, handicapés ou en grande difficulté, en France et dans le monde, que la Fondation a soutenus. Ses champs d’action sont l’éducation, la formation et les loisirs. La Fondations choisit les projets qu’elle finance en France ou dans les pays d’escale de la compagnie aérienne Air France.

{flvremote}http://www.fasozine.com/images/stories/videos/telecel06.flv{/flvremote}

← L’aquaculture répond à la demande croissante de poissons Fondation Mo Ibrahim: week-end annuel sur la gouvernance africaine à Tunis →