Aujourd'hui,
URGENT
Terrorisme: "importante saisie d’armes" par la Force conjointe du G5 Sahel à la frontière entre le Niger et le Tchad
Maroc: le roi gracie la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison pour avortement illégal
Coopération: le Ghana offre au Burkina 110 millions F CFA pour  soutenir ses efforts dans la gestion de la crise humanitaire
Inde: New Delhi lance un plan de lutte contre la pollution
Burkina: le rapport d’activités 2018-2019 du Haut Conseil du Dialogue social remis au président du Faso
Tunisie: Kaïs Saïed élu président avec 72,71 % des voix (Officiel)
Justice: l'audience du procès de l'affaire dite charbon fin de nouveau renvoyée au mardi 17 décembre 2019
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro, candidat à la présidentielle de 2020 
Burkina: la 21 JNLP se tiendra du 18 au 20 octobre sous le thème:«Comment consolider la liberté de la presse face à la menace terroriste ?»
Politique: le CDP va organiser un congrès extraordinaire pour lever les différentes sanctions prises à l'encontre des différents militants

SOCIETE

Une délégation de la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (Coder) a été reçu ce mardi 21 février 2017 à Ouagadougou par l’Unité d’action syndicale. A l’ordre du jour, la présentation de la Coder et ses priorités.


Le 1er vice-président de la Coder, Rasmané Ouédraogo, s’est d’entrée des «vérités» de l’UAS qui selon lui, entre dans le cadre de la démocratie. «Nos échanges ont porté sur la présentation de la Coder et ses priorités. En retour, nous avons reçu de la part de l’UAS, des observations, des préoccupations et surtout des rappels des faits historiques, leur vérité pour plus de démocratie, de bonne gouvernance, de paix et de développement dans notre pays», a ajouté M. Ouédraogo.

Les membres de la délégation de la Coder ont également notifié à l’UAS, les incompréhensions constatées par rapport à leur souhait d’aller vers la réconciliation sans remettre en cause la vérité encore moins la justice. «Nous pensons avoir levé ces incompréhensions avec eux. C’est un devoir pour nous de léguer une nation refondée, réconciliée avec elle-même et tourner vers l’avenir à la prospérité», a ajouté M. Ouédraogo.

«Ceux que nous avons rencontré, nous écoutes et nous avons été encouragés à continuer dans cet élan car, rien ne vaut la paix, la stabilité et rien ne peut remplacer la nation burkinabè et tout ce qui peut contribuer à renforcer l’unité nationale, la cohésion sociale, la paix dans notre pays est à encourager mais tout ce qui divise est à bannir», a indiqué le 1er vice-président de la Coder.

Du côté de l’UAS, on estime qu’«il faut se parler et surtout que le dialogue soit inclusif». «Nous avons demandé à ce que la justice soit faite avant la réconciliation. Si nous ne nous asseyons pas ensemble pour discuter et faire un peu de justice, nous n’allons pas revenir à la vraie réconciliation. Par conséquent, nous avons vraiment loué leur démarche et nous pensons que cette démarche va se poursuivre», a ajouté le président du mois des centrales syndicales, Paul Kaboré.

Ylkohanno Somé

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé