Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

SOCIETE

Une délégation de la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (Coder) a été reçu ce mardi 21 février 2017 à Ouagadougou par l’Unité d’action syndicale. A l’ordre du jour, la présentation de la Coder et ses priorités.


Le 1er vice-président de la Coder, Rasmané Ouédraogo, s’est d’entrée des «vérités» de l’UAS qui selon lui, entre dans le cadre de la démocratie. «Nos échanges ont porté sur la présentation de la Coder et ses priorités. En retour, nous avons reçu de la part de l’UAS, des observations, des préoccupations et surtout des rappels des faits historiques, leur vérité pour plus de démocratie, de bonne gouvernance, de paix et de développement dans notre pays», a ajouté M. Ouédraogo.

Les membres de la délégation de la Coder ont également notifié à l’UAS, les incompréhensions constatées par rapport à leur souhait d’aller vers la réconciliation sans remettre en cause la vérité encore moins la justice. «Nous pensons avoir levé ces incompréhensions avec eux. C’est un devoir pour nous de léguer une nation refondée, réconciliée avec elle-même et tourner vers l’avenir à la prospérité», a ajouté M. Ouédraogo.

«Ceux que nous avons rencontré, nous écoutes et nous avons été encouragés à continuer dans cet élan car, rien ne vaut la paix, la stabilité et rien ne peut remplacer la nation burkinabè et tout ce qui peut contribuer à renforcer l’unité nationale, la cohésion sociale, la paix dans notre pays est à encourager mais tout ce qui divise est à bannir», a indiqué le 1er vice-président de la Coder.

Du côté de l’UAS, on estime qu’«il faut se parler et surtout que le dialogue soit inclusif». «Nous avons demandé à ce que la justice soit faite avant la réconciliation. Si nous ne nous asseyons pas ensemble pour discuter et faire un peu de justice, nous n’allons pas revenir à la vraie réconciliation. Par conséquent, nous avons vraiment loué leur démarche et nous pensons que cette démarche va se poursuivre», a ajouté le président du mois des centrales syndicales, Paul Kaboré.

Ylkohanno Somé