Aujourd'hui,
URGENT
Terrorisme: "importante saisie d’armes" par la Force conjointe du G5 Sahel à la frontière entre le Niger et le Tchad
Maroc: le roi gracie la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison pour avortement illégal
Coopération: le Ghana offre au Burkina 110 millions F CFA pour  soutenir ses efforts dans la gestion de la crise humanitaire
Inde: New Delhi lance un plan de lutte contre la pollution
Burkina: le rapport d’activités 2018-2019 du Haut Conseil du Dialogue social remis au président du Faso
Tunisie: Kaïs Saïed élu président avec 72,71 % des voix (Officiel)
Justice: l'audience du procès de l'affaire dite charbon fin de nouveau renvoyée au mardi 17 décembre 2019
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro, candidat à la présidentielle de 2020 
Burkina: la 21 JNLP se tiendra du 18 au 20 octobre sous le thème:«Comment consolider la liberté de la presse face à la menace terroriste ?»
Politique: le CDP va organiser un congrès extraordinaire pour lever les différentes sanctions prises à l'encontre des différents militants

SOCIETE

La capitale du Burkina Faso abrite, du 3 au 7 mars 2017, le symposium international sur le dialogue des religions et des cultures. Placé sous le thème «Le dialogue interreligieux pour une éducation à la paix», ce symposium a pour objectif d’«harmoniser les différentes approches développées par les organisations et institutions internationales et régionales afin de donner une vision cohérente de la question».


Le symposium international de Ouagadougou s’inscrit selon ses organisateurs, dans le prolongement et le renforcement des enseignements de celui tenu à Cotonou en mai 2015 sur l’initiative du Centre panafricain de prospective sociale du professeur Albert Tévoédjrè. Il ambitionne de s’élargir à des problématiques nationales et internationales. Notamment celles sur lesquelles travaille l’Alliance des civilisations des Nations-Unies : le vivre-ensemble dans un monde de diversités, la mise en œuvre de stratégies interculturelles pour favoriser le dialogue des cultures, la prévention des crises et des tensions interculturelles etc.
Ce symposium vise principalement selon Filippe Savadogo, ancien représentant permanent de l’Organisation internationale de la francophonie aux Nations-Unies, à répondre au questionnement: «Comment, sur quelles valeurs sociétales, savoirs et savoirs faires, endogènes et engagements internationaux, s’appuyer pour gérer la diversité humaine et la diversité religieuse du continent africain.»

Le symposium entend s’approprier les approches des pluralismes socioculturels, religieux et linguistiques promues par les institutions telles que l’Union africaine; la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, l’Union économique monétaire Ouest-africaine, l’Organisation internationale de la francophonie, l’Organisation des nations-Unies pour l'éducation, la science et la culture et l’Alliance des civilisations des Nations-Unies.
La rencontre qui s’ouvre le 3 mars à Ouagadougou, bénéficiera de l’expertise d’éminentes personnalités telles que le professeur Albert Tévoédjrè, Mgr Nicodème Barrigah évêque d’Atakpamé au Togo, l’Imam Cissé Guiguiba de la Côte d’Ivoire, le ministre Cheick Tidiane Gadio, directeur de l’IPS de Dakar, sa Majesté le Mogho Naaba Baongo, le Cardinal Philippe Ouédraogo et bien d’autres.

Il s’agira concrètement entre autres de faire le point sur la mise en œuvre de ces engagements internationaux, de susciter un consensus entre les parties prenantes au symposium, notamment à la lumière du contexte sous-régional marqué par les facteurs religieux dans la déstabilisation du Mali, du Niger, du Nigéria et du Burkina Faso. Outre cela, il sera question de mettre en exergue le rôle des médias et des TIC dans l’accompagnement de l’éducation à la paix et au développement par le dialogue interreligieux et interculturel.

A l’issue du symposium, un «Plan d’action opérationnel de Ouagadougou» sanctionnera les travaux  dans la perspective d’un vive-ensemble plus paisible, mieux compris et porteur de développement.

Abel Azonhandé
 

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé