Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

Dominique Yaméogo, secrétaire général de l’Union régionale du Centre de la CGT-B

SOCIETE

Après deux sit-in au cours de l’année 2016, les agents des péages du Burkina menacent à nouveau d’aller en grève à compter du mercredi 22 au mardi 28 février 2017 sur toute l’étendue du territoire national.


Ce préavis de grève de la Coordination des comités CGT-B (Confédération général du travail du Burkina) des péages a pour objectif d’ «exiger une fois de plus du gouvernement burkinabè, un examen diligent de la plateforme minimale de la corporation». En effet, la ministre de l’Economie, des Finances et du Développement avait promis mettre en place un groupe de réflexion sur la gestion du péage qui associerait la coordination des Comités CGT-B des péages.

«Mais fort est de constater qu’à ce jour, ce groupe de travail n’a pas vu le jour et le statut du personnel dans le processus de transfert de la gestion de péage au Fonds spécial routier n’a pas été clarifié jusque là», fait remarquer Hubert Sawadogo, secrétaire général de ladite coordination. Selon M. Sawadogo, sur invitation de la ministre de l’économie, ladite commission de réflexion devait tenir sa première séance de travail le 15 février dernier : «Dans une correspondance, madame la ministre nous a demandé de désigner deux préposés et deux surveillants de barrières en vue de la participation aux travaux de la commission. En réponse, nous avons marqué notre accord, tout en indiquant que l’idée d’apprécier l’opportunité de la poursuite de processus de la concession décidée par le gouvernement en 2012, doit être retirée de la mission de la commission.»

Pour Hubert Sawadogo donc, cette idée est contraire au premier point de leur plateforme revendicative à savoir, l’annulation pure et simple et sans condition de la concession du péage. «Nous avons également indiqué que notre délégation serait composée des quatre délégués des agents des péages, accompagnés de deux responsables de la CGT-B. Cette réponse de la coordination au ministre de l’Economie est restée sans suite jusqu’au jour de la rencontre. A notre grande surprise, le directeur général du Trésor et de la Comptabilité publique, Naby Abraham Ouattara a récusé la présence des deux responsables de la CGT-B. Face à ce refus, nous avons de commun accord, annulé la rencontre afin d’attendre la réponse du ministre», explique M. Sawadogo.

Pour sa part, Dominique Yaméogo, secrétaire général de l’Union régionale du Centre de la CGT-B par ailleurs membre de la délégation des comités des péages à cette rencontre, estime que «cette assistance de la CGT-B à ses délégués syndicaux est statutaire et légale et qu’elle est prévue par la loi 028 portant code du travail au Burkina et par la convention collective interprofessionnelle du 9 juillet 1974». Une situation que déplore M. Yaméogo pour qui, les délégués qui participent à une telle commission sont responsables des conclusions des travaux d’où la nécessité de se faire assister. En attendant donc la réaction des autorités ministérielles, la coordination appelle tous ses 457 agents des péages du Burkina à observer un arrêt de travail du 22 au 28 février 2017 sur l’ensemble du territoire.

Abel Azonhandé