Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

Les VADS et les policiers face-à-face

SOCIETE

Aussi invraisemblable que cela puisse être, les policiers ont dispersé un mouvement de leurs collaborateurs, les Volontaires adjoints de sécurité (VADS) dans la matinée du mardi 13 février 2017 à Bobo-Dioulasso. A coups de matraque et de gaz lacrymogène, la horde de régulateurs de la circulation a vite fait de déguerpir la devanture du gouvernorat sans même pouvoir expliquer leur doléance au maître des lieux. Les agents de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) ont estimé le mouvement des VADS « illégal ».


C’est de façon spontanée que les VADS ont pris  d’assaut la devanture du gouvernorat des Hauts Bassins dans la matinée du mercredi 13 février 2017, souhaitant rencontrer le gouverneur pour lui faire part de leur inquiétude. Mais très vite, une patrouille de la police conduit par le commissaire central, en chef, accompagné par les commandants de la Brigade anti-criminalité et de la CRS, les a expulsés à coups de matraque et de gaz lacrymogène, ce après moult négociations visant à les convaincre de l’illégalité du mouvement.

La première promotion de VADS est normalement en fin de contrat. Selon la loi 031 de 2007 qui régit le volontariat national au Burkina Faso, le contrat d’un VADS dure un an renouvelable. Mais le cumul des années de volontariat ne peut excéder trois ans. La promotion actuelle ayant été recrutée en septembre 2013 est logiquement en fin de contrat depuis fin novembre 2016. Toutefois, les VADS sont l’objet d’une réquisition jusqu’en fin mars.

Se sachant disqualifiés pour le prochain recrutement prévu du 14 au 16 février 2017, et vu que l’emploi est une sérieuse problématique au Burkina, les VADS veulent poursuivre leur travail. Ils en appellent à l’indulgence du ministre en charge de la Sécurité. Le mouvement des VADS le mercredi matin avait pour objectif de demander au gouverneur d’intercéder auprès du ministre en leur faveur.

Serge Maurille (correspondant à Bobo-Dioulasso)

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé