Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

Les VADS et les policiers face-à-face

SOCIETE

Aussi invraisemblable que cela puisse être, les policiers ont dispersé un mouvement de leurs collaborateurs, les Volontaires adjoints de sécurité (VADS) dans la matinée du mardi 13 février 2017 à Bobo-Dioulasso. A coups de matraque et de gaz lacrymogène, la horde de régulateurs de la circulation a vite fait de déguerpir la devanture du gouvernorat sans même pouvoir expliquer leur doléance au maître des lieux. Les agents de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) ont estimé le mouvement des VADS « illégal ».


C’est de façon spontanée que les VADS ont pris  d’assaut la devanture du gouvernorat des Hauts Bassins dans la matinée du mercredi 13 février 2017, souhaitant rencontrer le gouverneur pour lui faire part de leur inquiétude. Mais très vite, une patrouille de la police conduit par le commissaire central, en chef, accompagné par les commandants de la Brigade anti-criminalité et de la CRS, les a expulsés à coups de matraque et de gaz lacrymogène, ce après moult négociations visant à les convaincre de l’illégalité du mouvement.

La première promotion de VADS est normalement en fin de contrat. Selon la loi 031 de 2007 qui régit le volontariat national au Burkina Faso, le contrat d’un VADS dure un an renouvelable. Mais le cumul des années de volontariat ne peut excéder trois ans. La promotion actuelle ayant été recrutée en septembre 2013 est logiquement en fin de contrat depuis fin novembre 2016. Toutefois, les VADS sont l’objet d’une réquisition jusqu’en fin mars.

Se sachant disqualifiés pour le prochain recrutement prévu du 14 au 16 février 2017, et vu que l’emploi est une sérieuse problématique au Burkina, les VADS veulent poursuivre leur travail. Ils en appellent à l’indulgence du ministre en charge de la Sécurité. Le mouvement des VADS le mercredi matin avait pour objectif de demander au gouverneur d’intercéder auprès du ministre en leur faveur.

Serge Maurille (correspondant à Bobo-Dioulasso)

Des mots pour le dire...

Sondage

La hausse de 75 FCFA du prix du litre d’essence et de gasoil au Burkina Faso est-elle, selon vous, justifiée?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé