Aujourd'hui,
URGENT
Terrorisme: "importante saisie d’armes" par la Force conjointe du G5 Sahel à la frontière entre le Niger et le Tchad
Maroc: le roi gracie la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison pour avortement illégal
Coopération: le Ghana offre au Burkina 110 millions F CFA pour  soutenir ses efforts dans la gestion de la crise humanitaire
Inde: New Delhi lance un plan de lutte contre la pollution
Burkina: le rapport d’activités 2018-2019 du Haut Conseil du Dialogue social remis au président du Faso
Tunisie: Kaïs Saïed élu président avec 72,71 % des voix (Officiel)
Justice: l'audience du procès de l'affaire dite charbon fin de nouveau renvoyée au mardi 17 décembre 2019
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro, candidat à la présidentielle de 2020 
Burkina: la 21 JNLP se tiendra du 18 au 20 octobre sous le thème:«Comment consolider la liberté de la presse face à la menace terroriste ?»
Politique: le CDP va organiser un congrès extraordinaire pour lever les différentes sanctions prises à l'encontre des différents militants

SOCIETE

Les membres du Syndicat national des agents du ministère de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat (Synamica) observent à compter de ce lundi 13 février 2017, un sit-in de 72 heures de 7 heures à 12 heures au siège de leur ministère et dans les directions régionales.

Objectif de ce mouvement d’humeur : protester contre une remise en cause par le gouvernement des termes du protocole d’accord trouvé entre les deux parties en janvier dernier. Au cours du point de presse tenu le samedi 11 février 2017 à la Bourse du Travail de Ouagadougou, les responsables du syndicat ont indiqué qu’en cas de  non satisfaction, ils iront maintenant en grève le 1er mars prochain pour 72 heures et qu’une grève illimitée est envisagée.

Pour le secrétaire général du Synamica, Daouda Ouédraogo, leur plateforme revendicative minimale est constituée de deux points : le premier porte sur la mise en place d’un fonds de soutien à la vérification des importations et le second est relatif à la règlementation de la nomination au poste de conseiller économique et commercial dans les ambassades et missions diplomatique du Burkina Faso à l’étranger.

Pour la satisfaction desdits points, le syndicat avait décidé d’aller en grève le 25 janvier dernier mais suite à des concertations souhaitées par le Premier ministre, un accord avait été trouvé entre le ministre en charge du commerce, l’Unité d’action syndicale (UAS) et le Synamica. Et selon les explications de M.Ouédraogo, l’accord a été matérialisé par un protocole d’accord entre les différentes parties, ce qui a conduit à la suspension du débrayage. Pour le syndicaliste, par cet accord, le gouvernement s’était engagé «dans un délai de deux semaines à adopter des textes consensuels allant dans le sens de la mise en place du fonds de soutien à la vérification des importations » et d’appliquer strictement le décret portant organisation des emplois spécifiques du  ministère.

« Au moment où l’UAS et le Synamica s’attendaient à la mise en place dudit protocole, le gouvernement par l’entremise de monsieur le ministre en charge du commerce les informaient en date du 2 février 2017 de la proposition du gouvernement d’octroyer une indemnité spécifique aux agents du ministère du commerce en substitution  de la mise en place du fonds de soutien à la vérification des importations, toute chose qui trahit les engagements pris dans le protocole », a révélé Daouda Ouédraogo. 

Quant au deuxième point, le ministre aurait indiqué que le gouvernement allait dans le sens du respect des textes. Cependant, c’est « la violation » de l’engagement pris par l’exécutif en ce qui concerne la mise en place du fonds qui irrite le syndicat. Selon Bassolma Bazié, porte parole de l’UAS, cela est regrettable qu’une autorité puisse se dédire alors que l’UAS avait été même saisie par l’exécutif pour une médiation : « Une autorité, c’est avant tout, le respect de la morale et de la parole donnée ».

Pour protester contre cette tentative de remise en cause des termes de l’accord du 24 janvier, le Synamica a décidé d’observer un sit-in de 72 heures à compter de ce lundi. Si aucune solution n’est trouvée, il ira cette fois ci en grève de 72 heures à partir du 1er mars 2017 et reconduite si statu quo le lundi 13 mars pour cinq jours. A l’issue de ces mouvements d’humeur, le syndicat ira en grève de deux semaines à compter du 27 mars si toutefois aucune solution n’a été trouvée à sa préoccupation. Le responsable, Daouda Ouédraogo a surtout précisé qu’une grève illimitée sera engagée à compter du 17 avril « jusqu’à la satisfaction totale » de leur plateforme.

Dimitri Kaboré

 

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé