Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale
Burkina: le document de Politique de Sécurité nationale remis au président du Faso
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC

Image d'illustration

SOCIETE

Une étude réalisée par le Centre Muraz a révélé qu’au Burkina Faso, 75 % des sources des infections au niveau des couples proviennent des prostitués, a annoncé dimanche, le Secrétaire permanent du Conseil national de lutte contre le sida et les infections sexuellement transmissibles (SP/CNLST), Dr Smaïla Ouédraogo. Une dépêche de l’Agence d’information du Burkina (AIB).

«Une étude que nous avons commanditée et qui a été réalisée par le Centre Muraz, a montré que les personnes vivant en couple stable, constituent des zones où l’infection prend de l’ampleur. Lorsqu’on regarde dans ce groupe de travailleuse du sexe, l’étude a encore montré que 75 % des sources des infections au niveau des couples, se fait au niveau des prostitués», a déclaré le Secrétaire permanent du SP/CNLST, Dr Smaïla Ouédraogo.

M. Ouédraogo qui s’exprimait dimanche à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le Sida célébrée à Kombissiri, a confié que la prévalence sur les personnes travailleuses du sexe peut être dans les prochaines années la véritable source des infections.

Selon le Secrétaire Permanent du SP/CNLST, Smaïla Ouédraogo, la séroprévalence chez les personnes vivant en situation de  handicap avoisine 5%, exactement 4,6%.

«L’autre difficulté qu’on a c’est la transmission de la mère à l’enfant. Nous avons une prévalence élevée, alors qu’elle n’a pas de raison d’être parce ce qu’aujourd’hui, on peut être infecté par le VIH et mettre au monde un enfant qui n’a pas de VIH. Ce qui nous amène comme réponse, a adopté une stratégie qui est l’approche différenciée pour offrir les services qu’il faut à chaque groupe», a-t-il poursuivi.

A l’en croire, le Burkina Faso est parti d’un taux de séroprévalence de 7% pour se retrouver à 0,7% au niveau national et la région du Centre-sud fait partie des bons élèves avec son taux de 0,7% (correspondant au taux national) parmi d’autres du pays qui ont un taux de séroprévalence supérieur à 2%.

Agence d’information du Burkina

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé