Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: décédé le 8 juillet 2020, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly inhumé le  17 juillet à Korhogo. 
Mali: le Premier ministre a déclaré vouloir former "très rapidement" un gouvernement d'ouverture.
Mali: plusieurs figures de l'opposition arrêtées samedi après des troubles quasi insurrectionnels qui ont fait quatre morts. 
Présidentielle: Roch Marc Christian Kaboré officiellement investi par le MPP pour briguer un nouveau mandat en novembre 2020.
Transports: la liaison ferroviaire entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso a repris mercredi 8 juillet 2020 sur l'ensemble de la ligne. 
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 

SOCIETE

Interpellé dans la nuit de mardi 12 novembre 2019, l’activiste Naïm Touré a été conduit ce mercredi 13 novembre 2019 à la SRPJ de Ouagadougou. On lui reprocherait une tentative de démoralisation des forces de défense et de sécurité du Burkina Faso. 

L’interpellation de Naïm Touré «fait suite à des publications par l’intéressé sur les réseaux sociaux» et vise à concourir à la manifestation de la vérité, relativement à l’enquête ouverte qui se déroule sous le contrôle de la justice», explique un communiqué de la police nationale. 

De quels propos s’agit-il ? Le communiqué reste peu disert là-dessus.  Mais son avocat, Me Prosper Farama, interrogé par nos confrères de radio Oméga explique: «On lui reprocherait une tentative de démoralisation des forces de défense et de sécurité sur un de ses postes qu’il aurait publié. (…) Ils affirment qu’au niveau de la hiérarchie militaire il y aurait une certaine promotion de la médiocrité de la part de Naïm Touré et que ça serait source de démotivation des forces de défense et de sécurité».

Son interpellation, dans la nuit de mardi 12 novembre 2019 par des agents en civils dans un véhicule banalisé selon la rumeur qui courait a mis les réseaux sociaux en émoi. «On a été informé à 22h que des hommes avaient fait irruption à son domicile et qu''il avait été menottée et emmené. Nous avons été avisés qu’on l'avait emmené au commissariat central. Je m'y suis déplacé vers 22h et aucune trace de lui à ce niveau», répondait ce matin son avocat, Maître Prosper Farama à Radio Liberté. 

C’est finalement ce 13 novembre 2019 au matin qu’il a été transféré au Service régional de la police judiciaire (SRPJ). 

En juillet 2018, l’activiste avait déjà été condamné à deux mois de prison pour «participation à une entreprise de démoralisation des forces armées; proposition non-agréée de complot contre la sûreté de l’Etat et incitation à troubles à l’ordre public».