Aujourd'hui,
URGENT
Football: Salitas FC logé dans le groupe B de la Coupe de Confédération avec Etoile du sahel, CS Sfaxien et Enugu Rangers   
Burkina: Christophe Joseph Marie Dabiré nommé Premier ministre en remplacement de Paul Kaba Thiéba
Burkina: dans une déclaration, les évêques invitent les fidèles à prier pour la paix durant tout le mois de février 2019
RDC: la Cour constitutionnelle confirme la victoire de Tshisekedi, Fayulu se proclame président
Mali: huit Casques bleus ont été tués dans l'attaque terroriste d'un camp de la mission de l'ONU dans le nord-est du pays
Football: Salitas FC se qualifie pour la phase de poule de la Coupe de la confédération Caf en battant Al Nasr (3-1)
Orodora: 5 morts dans un affrontement entre la police et des jeunes 
Burkina: dans l'attente de la nomination d'un Premier ministre, le président charge l'équipe sortante d'expédier les affaires courantes
USA: le prochain sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un prévu fin février, le lieu pas encore précisé (Maison Blanche)
France: Alexandre Benalla a été mis en examen pour «usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle»

SOCIETE

Le mouvement de la société civile, le Balai citoyen, a animé une conférence de presse ce lundi 17 octobre 2016 pour dénoncer « l’incapacité » de l’actuel gouvernement burkinabè, à maitriser la situation sécuritaire. Suite aux récentes attaques terroristes qu’a subit le pays, le Balai citoyen invite le chef de l’Etat à prendre ses responsabilités.

Selon le Balai citoyen, «entre mars 2015 et octobre 2016, on a enregistré au moins cinq attaques visant directement les forces de défense et de sécurité burkinabè avec plus d’une quarantaine de morts». Une situation qui, selon un des responsables du mouvement, Sam’k Le Jah, sème l’inquiétude au sein des populations burkinabè.

Comment comprendre que dans cette situation préoccupante, il n’y ait pas un ministre de la défense et un autre de la sécurité qui s’occupent exclusivement de la question sécuritaire ? Comment admettre qu’on maintienne toujours à la tête de l’armée et du système sécuritaire des officiers qui ont montré leur incapacité à prémunir le Burkina Faso contre ses ennemis ? Ce sont autant de questions que se posent Sam’k le Jah et le  Balai citoyen.

En conclusion, le Balai citoyen pense qu’ «il est grand temps de faire le toilettage dans le système sécuritaire et de mettre les hommes qu’il faut à la place qu’il faut ». « Ceux qui gèrent actuellement le problème sont dépassés par la situation », martèle les conférenciers qui s’inquiètent par ailleurs de la libération de certains officiers présumés putschistes de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle. Pour le Balai citoyen, la sécurité étant l’affaire de tous, les résultats des travaux de la commission sur la réforme de l’armée engagés depuis décembre 2015, devraient être publiés.

Me Guy Hervé Kam, membre du Balai citoyen pense que « beaucoup de problèmes au Burkina Faso sont liés à l’armée ». Faisant remarquer que le pays a un chef de l’Etat qui est un civil démocratiquement, il préconise que la défense et la sécurité du territoire soient confiées à des personnes qui lui rendront compte afin que le président puisse se consacrer à l’ensemble des questions préoccupantes en tant que chef de l’Etat.

Pour Me Hervé Kam, le chef de l’Etat doit prendre ses responsabilités même si cette responsabilité doit conduire le gouvernement à réorganiser l’armée. « C’est la responsabilité exclusive du chef de l’Etat en tant que chef suprême des armées, de mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il faut au sein de l’armée », a ajouté M. Kam.

Abel Azonhandé  

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé