Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

SOCIETE

Des organisations syndicales et les organisations de la société civile ont affirmé le mardi dernier que leur marche-meeting de dénonciation de la gestion "chaotique" du pays par l’actuel pouvoir aura bel et bien lieu le lundi 16 septembre prochain à Ouagadougou. Mais à la surprise générale, la Coalition des syndicats libres et indépendants composée de Centrales syndicales et syndicats autonomes, a animé une conférence de presse ce jeudi 12 septembre 2019, pour indiquer qu'elle ne prendra pas part à cette manifestation.

Selon Olivier Guy Ouédraogo, porte-parole de ladite coalition, l'ensemble des centrales syndicales et syndicats autonomes n'ont pas avalisé la nouvelle plateforme, objet de cette manifestation. La coalition dit ne pas comprendre que ce soit l'Organisation démocratique de la jeunesse (ODJ) qui soit le porte-parole de l'Unité d'action syndicale (UAS) sur la plateforme transmise au gouvernement "sans consensus".

"Malgré l'absence de la signature de certains d'entre nous, le Président du mois (PDM), Bassolma Bazié, déposera un préavis au nom de l'UAS contrairement au principe du consensus qui gouverne le fonctionnement de l'UAS. Selon ce principe, en l'absence de la signature d'un membre, l'action ne peut être menée au nom de l'UAS mais à titre individuel. Cette deuxième forfaiture après celle tendant à nous mettre l'UAS sous coupe réglé, nous amena à des investigations et elles furent fructueuses. En effet, le préavis de grève qui a été publié à l'adresse des travailleurs ,n'était qu'un leurre. En réalité, une autre plateforme revendicative et celle-là signée frauduleusement par l'ODJ au nom des organisations a été introduite comme soutenant le préavis", révèle M. Ouédraogo. La coalition se demande donc ce que cache cette "maneouvre".

La coalition estime que défendre les travailleurs se fait en toute transparence et sans des manipulations car dit-il, les syndicats sont les premières écoles de démocratie. "Au regard de toutes ces manœuvres, nous demandons à nos militants et à tous les travailleurs de se démarquer de toutes les actions prévues le 16 septembre", conclu-t-il.

"On ne peut pas nous mettre une camisole forcée"

Pour olivier Guy Ouédraogo, les choses sortent sur la place publique lorsque les sacro-principes sont bafoués. "C'est une unité d'action. Nous menons les actions ensemble lorsque nous nous entendons. Mais on ne peut pas contraindre l'autre à mener des actions alors qu nous ne sommes d’accord. Chacun est libre d'aller mener ses actions. Mais lorsqu'on prend certains et qu'on les met dans une camisole forcée, je dis que ce sont des pratiques révolues. Sinon, il n'y a pas de problèmes au sein de l'UAS", a indiqué M. Ouédraogo.

Les membres de la coalition

Les Centrales syndicales :
Confédération nationale des travailleurs du Burkina (CNTB)
Confédération syndicale Burkinabè (CSB)
Force ouvrière/Union nationale des syndicats (FO/UAS)
Organisation nationale des syndicats libres (ONSL)
Union syndicale des travailleurs du Burkina (USTB)

Les syndicats autonomes
SAIB, SYSFMAB, UGMB, SYNTRAPOST, SNESS, SNEAB, SATEB, SYNAPAS, SYNATIP-B, SYNATRAS, SYNAPEP, SYNADH, SYNATRENF, ONACOM-B, SYNACOM-B, FNTT, SPESS, OSCB.