Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

SOCIETE

Débuté le 27 février 2018, le verdict du procès du putsch manqué de septembre 2015  est attendu pour le lundi 2 septembre prochain à 10 heures. Après donc plus de 18 mois de débats contradictoires,  les 84 accusés connaîtront en principe leur sort ce jour.

Ce lundi 26 août 2019, le tribunal a énuméré les questions auxquelles, il apportera des réponses au cours du délibéré final. Entre autres, la chambre de première instance, au vu des preuves et des débats menés durant le procès, répondra par oui ou par non aux questions suivantes :

-L'accusé est-il coupable des faits d'attentat à la sûreté de l'État ?

-L'accusé est-il coupable en connaissance de cause d'avoir aidé ou assisté le général Gilbert Diendéré dans les faits d'attentat à la sûreté de l'État ?

-L'accusé est-il coupable étant Burkinabè d'avoir entretenu une intelligence avec une puissance étrangère ? 

-L'accusé a-t-il fourni de l'aide ou de l'assistance pour des faits de trahison ?

-La dégradation a été faite en bande organisée ?

-Existe-t-il des circonstances atténuantes ?

Pour les avocats de la défense, certaines questions sont à reformuler car l’actuelle formulation est de nature à culpabiliser déjà leurs clients. Mais pour la partie civile et le parquet militaire, cela n’entrave en rien la procédure et aux conclusions que parviendront les juges. 

Rendez vous a été pris pour le 2 septembre prochain à 10 heures pour le verdict final de ce procès marathon. 

En rappel, 84 personnes, dont 66 militaires et 18 civils, sont poursuivis, entre autres, pour attentat à la sûreté de l’État, meurtre, coups et blessures volontaires, dégradation volontaire de biens appartenant à autrui, trahison, incitation à commettre des actes contraires au règlement et à la discipline militaire, violence et voies de fait sur autrui.  Parmi les 84 accusés, il y a les généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé considérés comme les cerveaux présumés du coup de force manqué de septembre 2015. Le procureur militaire avait requis contre eux, la prison à perpétuité.