Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

Image d'illustration

SOCIETE

7 orpailleurs ont péri dans des éboulements de mines d’or artisanales les 11 et 18 août dernier dans le village de Sangoulanti (commune rurale de Kampti/Province du Poni). Le premier éboulement intervenu le 11 août a fait 6 morts et des blessés et le second du 18 août a occasionné une perte en vie humaine. 

Des éboulements qui interviennent alors que l’exploitation minière artisanale est interdite en période hivernale et fermée jusqu’au 31 octobre 2019. Ladite exploitation minière est donc interdite dans la toute la région du sud-ouest depuis le 1er juillet.

« Si il y a des éboulements qui occasionnent des victimes, ce que la mesure d’interdiction n’est pas respectée. Chaque année, nous faisons des communiqués, nous faisons des rappels et nous allons même sur le terrain pour convaincre les orpailleurs les informer de ne pas descendre dans les trous. Mais malgré tout, ils descendent dans les trous » a laissé entendre Sié Jean de la Croix Pooda, maire de Kampti. A l’en croire, 6 des 7 victimes sont issues de la même famille et originaire de la localité.

« Ce sont des jeunes autochtones des villages environnants. Ce ne sont pas des orpailleurs venus d’ailleurs. A maintes reprises, nous avons fait des réunions avec les responsables villageois et les comités villageois de développement où nous avons indiqué que le site d’orpaillage n’allait pas être autorisé » a fait savoir Ousmane Barry, représentant des orpailleurs de la localité. 

Le Conseil municipal de la commune rurale de Kampti dit avoir le regard tourné vers l'Agence Nationale d'encadrement des Exploitations minières Artisanales et Semi- Artisanales (ANEEMAS). Ladite agence a pour missions, entre autres, l’encadrement technique des activités d’exploitation artisanale de l’or et le suivi administratif et règlementaire en vue de réduire la part d’informel et la responsabilisation des orpailleurs. Les premiers bureaux de l’agence dans le Sud-ouest ont été ouverts en début juillet 2019.

Le ministre en charge des mines, Oumarou Idani, affirmait en juillet 2019, lors de la cérémonie officielle de fermeture de la campagne 2018-2019 de l’exploitation minière artisanale, que malgré la contribution importante de l’activité d’orpaillage dans l’économie des familles, l’exploitation minière artisanale présentait des effets sociaux et environnementaux néfastes, quand celle-ci n’est pas encadrée par la loi. «Elle reste également confronter à d’énormes risques d’accidents liés aux éboulements et aux inondations surtout en saison hivernale, occasionnant de ce fait, de nombreuses pertes en vies humaines» a dit  M.Idani. C’est d’ailleurs pourquoi, a-t-il ajouté, que le gouvernement a décidé, depuis quelques années de l’interdiction des activités d’orpaillage en période hivernale sur toute l’étendue du territoire national. Une mesure qui a du mal à être respectée.