Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

©Dr

SOCIETE

L'Organisation démocratique de la jeunesse (ODJ), le Collectif contre l'impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) et le Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples (MBDHP) étaient face à la presse ce vendredi 16 août 2019 à Ouagadougou. Une occasion pour ces organisations d'informer l'opinion publique du refus manifeste des autorités de procéder à l'autopsie de quatre de leurs camarades ''assassinés'' en mai dernier. 

Selon les conférenciers du jour, il s’agit de l’autopsie des corps « de Cissé Fahadou et Balima Hama, deux responsables de l’ODJ assassinés le vendredi 31 mai 2019 à Sebba  et celle des corps de Diakité Saliou, mort le 23 mai 2019 entre les mains de la gendarmerie, et Diallo Abdoul Karim mort à l’hôpital Yalgado après y avoir été transféré par la gendarmerie de Barsalogho ».

Pour ces mouvements, cela fait trois mois que dure donc la déception des parents et camarades de luttes des militants de l'ODJ et autres assassinés. Trois mois qu'ils disent attendre que la lumière soit faite afin qu'ils puissent organiser des obsèques en leur mémoire. A les écouter, en lieu et place d'un traitement diligent et sérieux des dossiers, les responsables de leurs organisations ainsi que des proches des victimes font face à la stigmatisation, à des intimidations, à des menaces et à des manœuvres dilatoires. 

Selon Chrysogone Zougmoré, président du MBDHP, les Organisations de la société civile ont eu une audience avec le ministre en charge de la Justice. Une rencontre, à l'en croire, qui a laissé entrevoir des espoirs qui se sont vite dissipés et qui présagent à un début d'aveux de culpabilité.  « Au regard de toutes ces péripéties, nous sommes en droit de nous demander légitimement: À qui profitent ces assassinats ? En tout cas, le MPP et ses alliés, qui gèrent l’appareil politico-judiciaire et militaire, jouent sur le temps et la lassitude des parents et compagnons de lutte des victimes. Ils mettent les démocrates, progressistes et révolutionnaires à l’épreuve, avec le secret espoir que le temps érode leur moral et leur détermination » a affirmé le président de l’ODJ, Gabin Korbéogo.

Face à « ces pressions », il appelle ainsi les démocrates, les progressistes et les révolutionnaires à se mobiliser pour la construction d'un large front de lutte. Une lutte pour dénoncer la lenteur des procédures judiciaires qui seraient en cours, pour exiger, entre autres, l'arrêt des assassinats ciblés et de masses de Yirgou, Kaïn, Banh, et Ziniaré. 

« Aussi, cette lutte a pour but de dénoncer des arrestations arbitraires, des disparitions forcées ainsi que le démantèlement des escadrons de la mort, exiger l'accélération du processus judiciaire » a expliqué M. Korbéogo. Déjà, ces OSC organisent ce samedi 17 août une marche de recueillement suivi d'un meeting devant la morgue de l’hôpital du district de Bogodogo.

Un meeting est également prévu le 31 août prochain à Ouagadougou suivi d'un panel sous le thème « la justice dans un contexte d'extrémisme violent ».