Aujourd'hui,
URGENT
Soum: le grand imam de la ville de Djibo a été enlevé ce mardi 11 août 2020 à la mi journée (infowakat.net). 
Sport: la jeunesse de Tampouy rend hommage au défunt journaliste Yannick Sankara à travers le tournoi "Génération consciente". 
Politique: la réception des dossiers de candidature à la présidentielle de 2020 au Burkina Faso fixée du 28 septembre au 3 octobre.
Burkina: un syndicat de journalistes dénonce des intimidations sur les travailleurs des médias publics. 
Culture: le Fonds de soutien du président du Faso aux acteurs culturels reçoit les dossiers de candidature à partir du 12 août 2020. 
Armée: 2250 nouveaux soldats présentés au drapeau le 7 août 2020, au camp militaire Ouezzin-Coulibaly de Bobo-Dioulasso.
Burkina: un rassemblement de soutien à Blaise Compaoré interdit à Ouagadougou. 
Agriculture: les parasites, notamment les chenilles légionnaires, ont été maîtrisés à 98% dans la region du Sud-Ouest (Directeur régional).
Covid-19: l’ambassade de Chine au Burkina offre 10 000 masques et 20 thermomètres au ministère de l’Education nationale.   
Burkina: la police met fin aux activités d’un réseau de présumés malfrats dans la ville de Ouaga détenant 509 cartes bancaires.   

SOCIETE

Le  conseil supérieur de la communication (CSC)   et la Haute autorité de la  communication audiovisuelle (Haca)  du Maroc, ont procédé à la signature d’une convention de partenariat pour l'installation d'un système de monitoring des médias. La cérémonie de signature s'est tenue ce mardi 9 juillet 2019 à Ouagadougou.

L'expansion du paysage audiovisuel national crée depuis quelques années « d'énormes difficultés » au CSC pour le contrôle des contenus. En effet, on dénombre actuellement au Burkina Faso, 152 stations de radios et 29 chaînes de télévision. Ce paysage est appelé à s'étendre avec la télévision numérique terrestre (TNT) qui permet la création d'autres chaines de télévision.

C'est donc dans l'optique de contrôler un tel paysage audiovisuel avec une technologie « de pointe » que le Burkina Faso s'est intéressé  à la solution du royaume du Maroc. En effet, le Maroc dispose d'une solution « logiciel » dénommée « HACA médias solution »(HMS). Développée en 2007, elle est acquise par des instances de régulation des médias audiovisuels de sept pays africains à savoir le Tchad, la Mauritanie, le Sénégal , le Bénin , le Niger ,le Mali et le Togo. 

« Cette solution permettra, à l'instar des pays sus - cités, l'enregistrement des contenus des médias disséminés sur l'ensemble du territoire national. L'on peut en mesurer l'importance pour la régulation du secteur audiovisuel, notamment au regard du contexte sécuritaire actuel et de certains contenus qui menacent parfois la cohésion sociale. Cela est nécessaire pour notre pays qui amorce cette phase des élections de 2020 de pouvoir à travers le régulateur voir ce qui se dit et se fait dans la presse particulièrement dans les médias audiovisuels qui sont devenus aujourd'hui le support par lequel toute l'information circule en un temps record. Nous pourrons  désormais 24 h\24 contrôler nos médias à partir du CSC » a expliqué le président du CSC, Mathias Tankoano. 

L'opérationnalisation du système a commencé à partir de la signature de convention : « Il restera à acquérir le matériel et comme c'est un matériel sensible, nous allons avec le ministère de l'économie et des finances trouver des voies et moyens pour cette acquisition et les techniciens marocains se joindront à nous pour le déroulement et la formation d'ici 4 à 5 mois » a ajouté M.Tankoano.

Alors que certains pays acquièrent cette solution au minimum à 1 million d'euro, le roi du Maroc a donné instruction pour que les pays africain puissent l'acquérir à moins de 100 mille euro selon les explications du président du CSC. Pour M. Tankoano, l'acquisition de cette technologie marocaine n'aurait pas pu être effective à « brève échéance » sans  l'appui financier de l'Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste (Arcep). 

D'après la présidente de la Hacan Latifa Akharbach, cette  signature de convention entre le Burkina et le Maroc est « importante »' en ce sens qu' « elle permettra à deux régulateurs africains de converger dans leurs actions pour servir  le citoyen marocain et burkinabè  dans un domaine extrêmement important lié à la consécration  et à la démocratie. Parce que le régulateur est le garant de la qualité des contenus médiatiques dans le respect total de  la liberté éditoriale. Il est aussi le gardien des valeurs éthiques et humaines donc il est important que le régulateur puisse veiller à ce qu'il n'y ait pas dans les contenus médiatiques ni attaque à la dignité humaine ni aux droits des hommes et des femmes etc. » a déclaré Latifa Akharbach. 

Toujours d'après ses propos, avec ce système de monitoring, il n y a pas lieu pour les hommes de médias d'être inquiets entrant dans le cadre de la liberté d'expression car un monitoring ne veut pas dire une « censure ».