Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: au moins 62 migrants sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de la Mauritanie
Burkina: le budget de l’Etat gestion 2020 se chiffre en recette à 2 233,316 milliards FCFA et en dépenses à 2 518,456 milliards FCFA 
5e RGPH: la ministre en charge de la famille, Laurence Ilboudo plaide pour un recensement exhaustif des personnes en situation de  handicap
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record

Photo: lefaso.net

SOCIETE

Alliance police nationale (APN), le syndicat des sous-officiers de la Police a, au cours d'une conférence de presse tenue dans la soirée du vendredi 31 mai 2019 à Ouagadougou, dépeint la situation qui prévaut au sein dudit syndicat et dans l'institution policière. L'APN dénonce le mépris et l'ingérence du Directeur général de la Police dans les affaires su syndicat.

Selon le secrétaire général adjoint de l'APN, Ousmane Ouédraogo,  depuis la création de leur syndicat le 13 octobre 2018, ils subissent des pressions « à n'en point finir ». Le syndicat en veut pour preuve l'affectation des membres de l'APN dont le secrétaire général hors de la ville de Ouagadougou. « Toute chose qui laissait déjà entrevoir la tentative d'étouffement de la structure » a-t-il affirmé.

A entendre ce second syndicat de la Police, depuis la reprise de leurs activités, après le verdict du Conseil d'État qui a rétabli leur syndicat (APN) dans ses droits, c'est avec « amertume que les conférenciers disent constater le mépris et l'ingérence du directeur général de la Police nationale dans la vie du syndicat ». 

« Par des messages radios transmis, le directeur général de la Police nationale instruit tout chef de service de la Police nationale d'interdire l'accès du bureau national APN et ses militants dans les locaux des différents services de Police et fait cas d'abandon de poste. Cela constitue des atteintes graves à la liberté syndicale dans un Etat de droit » a expliqué le sous-officier Ousmane Ouédraogo.

Faisant cas de la situation au sein de l'institution policière, le secrétaire général adjoint de l'APN Ousmane Ouédraogo a fait savoir que, « l'ensemble des policiers vivent dans la désillusion la plus totale » et que, « le moral des policiers n'est pas seulement bas, il y a bientôt deux ans que leur moral a disparus ». Le syndicat souligne par ailleurs « l'incompétence notoire » de leur directeur général. 

« Les Burkinabè ne doivent pas s'étonner des postes de police abandonnés par les policiers. Les policiers se sentent abandonnés, leur directeur général est notoirement incompétent, il ne dispose même pas de mot pour galvaniser les policiers. Les dotations en matériels adéquats et adaptés promis depuis des années n'ont jamais vu le jour » déplore l'APN qui demande à leur directeur général de travailler de sorte à améliorer les conditions de travail de ses éléments. « Nous réclamons du matériel adéquat pour protéger la population et ses biens » a clamé M. Ouédraogo.

L'APN invite aussi le gouvernement à prendre des mesures nécessaires et le plus tôt possible afin d'éviter un climat délétère au sein de l'institution policière.

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé