Aujourd'hui,
URGENT
Terrorisme: "importante saisie d’armes" par la Force conjointe du G5 Sahel à la frontière entre le Niger et le Tchad
Maroc: le roi gracie la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison pour avortement illégal
Coopération: le Ghana offre au Burkina 110 millions F CFA pour  soutenir ses efforts dans la gestion de la crise humanitaire
Inde: New Delhi lance un plan de lutte contre la pollution
Burkina: le rapport d’activités 2018-2019 du Haut Conseil du Dialogue social remis au président du Faso
Tunisie: Kaïs Saïed élu président avec 72,71 % des voix (Officiel)
Justice: l'audience du procès de l'affaire dite charbon fin de nouveau renvoyée au mardi 17 décembre 2019
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro, candidat à la présidentielle de 2020 
Burkina: la 21 JNLP se tiendra du 18 au 20 octobre sous le thème:«Comment consolider la liberté de la presse face à la menace terroriste ?»
Politique: le CDP va organiser un congrès extraordinaire pour lever les différentes sanctions prises à l'encontre des différents militants

SOCIETE

Ceci est une déclaration de la Commission nationale des droits humains (CNDH) sur l’attaque de l’église paroissiale de Dablo qui a fait six morts dont le vicaire qui célébrait la messe dominicale. Elle invite donc le gouvernement « à rechercher les auteurs de ces différents actes et à les punir à la hauteur de leur forfait ».

C’est avec une profonde consternation que la Commission nationale des droits humains (CNDH) a appris l’attaque perpétrée le dimanche 12 mai 2019, par des individus armés non identifiés contre une église catholique dans la commune de Dablo, province du Sanmatenga causant le décès de six (6) personnes dont le prêtre.. La CNDH  condamne sans réserve cette énième attaque dirigée contre des leaders et des membres de confessions religieuses ainsi que des lieux de culte et de prière, après celle de Silgadji, d’Arbinda et autres localités.  

En tant qu’institution nationale de défense, de promotion et de protection des  Droits humains, elle   tient à rappeler que le Burkina Faso est un Etat laïc où la liberté de croyance, de non croyance, d’opinion religieuse et d’exercice de culte est reconnue et garantie à tous les citoyens. Cette reconnaissance de droit s’est affermie avec les pratiques des différentes confessions religieuses et de leurs fidèles à travers notamment, la solidarité, la cohabitation et le dialogue interreligieux que ne sauraient remettre en cause des actes d’une telle barbarie.

La CNDH invite les populations à faire preuve de retenue et à ne pas céder à la tentation de se faire justice ni à l’esprit de vengeance.

La CNDH interpelle le Gouvernement à rechercher les auteurs de ces différents actes et à les punir à la hauteur de leur forfait, conformément aux engagements du Burkina Faso.

La CNDH appelle et encourage le Gouvernement à poursuivre ses efforts de sécurisation de l’ensemble du territoire national et à faire cesser les attaques contre les populations civiles et les forces de défense et de sécurité.

Pour la Commission Nationale des Droits Humains,

Ouagadougou le 13/05/2019

Le Président

Kalifa Yemboado Rodrigue NAMOANO

 

 

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé