Aujourd'hui,
URGENT
Roch Kaboré: "Je voudrais rassurer tous les déplacés internes de notre engagement à créer les conditions de leur retour dans leurs localités"
Climat: les glaciers du Groenland fondent sept fois plus vite qu’en 1990
11-décembre: "Pour bâtir ensemble un Burkina Faso prospère, nous devons nous départir de nos intérêts égoïstes" (Roch Kaboré) 
11-décembre: "J’ai décidé de commettre un groupe de travail pour l’écriture de l’histoire générale de la Haute-Volta au Burkina" (Roch Kaboré)
11-décembre: "je renouvelle mon appel à une trêve sociale et à une union sacrée autour des FDS pour vaincre le terrorisme"(Roch Kaboré) 
Politique: le candidat du CDP pour la présidentielle de 2020 connu d'ici le 31 janvier prochain
Algérie: les ex-Premiers ministres Ouyahia et Sellal condamnés pour corruption
Burkina: le gouvernement et le MCC ont signé le 6 décembre 2019 à Ouagadougou l’aide-mémoire du second compact
Mauritanie: au moins 62 migrants sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de la Mauritanie
Burkina: le budget de l’Etat gestion 2020 se chiffre en recette à 2 233,316 milliards FCFA et en dépenses à 2 518,456 milliards FCFA 

SOCIETE

Le Syndicat national du personnel des droits humains (SYNAPDH) a organisé ce lundi 13 mai 2019 à la bourse du travail de Ouagadougou, une conférence de presse, pour évoquer la situation qui prévaut au ministère des Droits humains et de la Promotion civique (MDHPC).

Lors de la mise en place du gouvernement Christophe Joseph Marie Dabiré, l’ex ministère de la justice, des droits humains et de la promotion civique a été scindé en 2 ministères distincts dont le ministère des Droits humains et de la Promotion civique. Mais selon le SYNPDH, depuis la prise de fonction de la ministre Maminata Ouattara, il s’est installé une situation de morosité dans le fonctionnement du ministère. Des dires du syndicat, plusieurs structures ne fonctionnent pas. Il s’agit notamment de la Direction générale des études et des statistiques sectorielles (DGESS), la Direction des ressources humaines (DRH), la Direction de la communication et de la presse ministérielle (DCPM), la Direction du développement institutionnel et des innovations (DDII), la Direction des services informatiques (DSI). Et cette situation perdure depuis 4 mois, c’est-à-dire depuis l’installation du ministre le 28 janvier 2019. Ce qui fait que les agents se tournent les pouces dans les bureaux sans travail à faire. « Les agents du ministère viennent juste tuer le temps » a laissé entendre Salfo Gouba, le secrétaire général du SYNAPDH. Pour lui, le ministère n’est pas un champ de tourisme. Il va ajouter par la suite que « nous sommes payés, nous voulons donc travailler ». 

La Confédération syndicale burkinabè appuie le SYNADPDH. Pour Guy Olivier Ouédraogo, secrétaire général de la confédération, « quand un syndicat se bat comme ça pour travailler, cela prouve sa maturité ». Ce qui est inquiétant dans cette histoire selon le SYNAPDH, c’est qu’il existe des cabinets fictifs et que la ministre effectue même des missions à l’extérieur comme à l’intérieur du pays. 

Le syndicat tient alors à manifester son mécontentement face à cette situation au ministère, et invite la ministre Ouattara  à rendre le tablier, si elle ne se sent pas capable de diriger le ministère. Le syndicat prend l’opinion publique à témoin que, si rien n’est fait dans l’immédiat, il se réservera le droit d’user de tous les moyens à sa disposition pour faire changer la situation. 

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé