Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 
Burkina: les agents des péages annoncent une grève du 27 février au 1er mars 2020. 
Burkina: plus d’un milliard de dollars, c’est le montant que la Banque mondiale entend apporter pour soutenir les efforts de développement.
Burkina: la Banque mondiale accorde une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pour faire face au défi sécuritaire.   
Kourwéogo: la population en colère saccage le Centre de Laye pour mineurs en conflit avec la loi après le décès suspect d’une élève. 
Soum: des agents de l'Office national d'identification (ONI) blessés le 18 février  2020 dans une attaque à Kelbo (communiqué). 
Burkina: au moins 3 soldats ont perdu la vie dans une attaque terroriste mardi 18 février 2020 à Kelbo (Région du Sahel).   
Fasofoot:  l'Asfa-Y rompt son contrat avec son entraîneur, Boureima Kaboré, après le nul contre l'EFO. 
Burkina Faso : Morgan Henry, un sergent-chef de Barkhane retrouvé mort dans son campement le 16 février. Cause inconnue, enquête ouverte. 

Yiyé Constant Bazié entend poursuivre le plaidoyer

SOCIETE

C'est environ une centaine de personnes qui ont pris d'assaut la Place de la nation ce samedi 11 mai 2019 pour exiger l'application des textes encadrant la circulation des véhicules poids lourds dans la capitale burkinabè. Initié par le conseiller municipal, Yiyé Constant Bazié, ces personnes espèrent par ce sit-in exiger du conseil municipal de Ouagadougou et des autorités l'application des textes en la matière.

Il y a quelques semaines de cela, deux élèves de la ville de Ouagadougou ont perdu la vie écrasé par camions qui circulaient à des heures non autorisées. Très engagé depuis plusieurs années contre leur circulation aux heures de pointes, le conseiller municipal de l'arrondissement 2, Yiyé Constant Bazié, a initié ce sit-in pour, dit-il, exiger la règlementation des heures de circulation des camions poids lourds. Malgré la faible mobilisation constatée, l'initiateur de ce mouvement pacifique dit être fier. « Nous sommes fiers d'être là. Même s'il fallait que nous soyons seul, moins encore que ça, nous allons être là parce que nous, nous n'allons pas continuer à être la mauvaise conscience de ces gens qui ne veulent pas accepter de défendre la vie des jeunes enfants » s'est-il exprimé.

Rasmané Nikiéma, président de la lutte contre la violence et l'insécurité routière qui fait de l'insécurité routière son combat quotidien, dit être déçu de l'absence de ses ‹paires›. Il dit apprendre la tenue du sit-in que la veille (Ndlr, vendredi 10 mai) mais, clame-t-il, déjà à 7 heures il était présent sur les lieux du sit-in. « Moi, je ne suis pas venu à la Place des nations pour une affaire politique. Je suis là parce que j'ai des élèves, j'ai vu beaucoup d'accidents qu'on pouvait éviter. C'est la conscience qui doit faire changer la mentalité de nos autorités » s'est-il justifié. 

Il a révélé que, certaines fédérations ont fait savoir que le gouvernement leur a informé la veille du sit-in que les textes seront appliqués, ce qui pourrait expliquer l'absence de ces organisations. Donc, il lance un appel au maire de Ouagadougou de faire appliquer la loi dans toute sa rigueur. A l'endroit de la police, il l'exhorte à prendre des sanctions quand il le faut.

Dans la soirée de ce samedi 11 mai, un camion a encore ôté la vie à une élève en classe de 3e. C’était en début de soirée, une heure où ces camions ne devraient pas être en circulation sur les principales artères.

Au début de mois de mai, la commune de Ouagadougou s’est doté d'un nouvel arrêté règlementant la circulation et le stationnement des poids lourds dans la commune de Ouagadougou. Les véhicules dont le poids total autorisé en charge est supérieur ou égal à 10 tonnes n’est autorisée désormais que de nuit entre 22 heures et 5 heures du matin sur les principaux axes routiers.

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé