Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l‘économiste Abdallah Hamdok, ancien collaborateur des Nations unies, a prêté serment comme Premier ministre
Mali: 5 morts dans l'attaque d'un convoi militaire au centre du pays
Burkina: les cinq militaires portés disparus suite à l'attaque de Koutougou ont été retrouvés "tous vivants" (Armée nationale)
Kampti (Poni): 7 morts dans des éboulements de mines d’or artisanales
Etats-Unis: le FMI critique ouvertement la politique commerciale de Donald Trump
Cameroun: le chef des séparatistes anglophones condamné à la perpétuité
Italie: le président du Conseil Giuseppe Conte annonce sa démission
Ouagadougou: un important lot de poulets impropres à la consommation déversé à l’arrondissement 6, une enquête ouverte
Burkina: le bilan actualisé de l'attaque de Koutougou est de 24 militaires tués, 5 disparus et 7 blessés
Burkina: 40 terroristes tués après l’attaque de Koutougou (AIB)

SOCIETE

Ce vendredi 3 mai marque la 26e  journée mondiale de la liberté de la presse. Au Burkina Faso, cette journée a été placée sous le thème « médias et élections dans un contexte de crise sécuritaire et communautaire au Burkina Faso ». Cette journée, placée sous la présidence du premier responsable du Conseil supérieur de la Communication (CSC) Mathias Tankoano, illustre l'importance des medias dans la vie publique nationale et dans les relations entre les peuples.

Fidèle à sa stratégie d'adapter chaque fois le thème international à l'actualité nationale, le Centre national de presse Norbert Zongo (CNP/NZ) veut à travers ce choix sensibiliser et interpeller la communauté nationale et particulièrement les professionnels des médias et les acteurs à tous les niveaux sur la sensibilité du contexte national en cette période préélectorale. Selon le président du comité de pilotage du CNP-NZ, Boureima Ouédraogo, dans ce contexte marqué par les difficultés sur le plan sécuritaire, le processus électoral est porteur de risques énormes. « Un tel contexte complexifie davantage le rôle des médias qui doivent à la fois assurer la couverture de la campagne électorale tout en évitant de faire l'apologie de la haine et de la violence dans les discours politiques » a-t-il précisé. Et le président du CSC, Mathias Tankoano de préciser que dans le contexte sécuritaire de notre pays, son institution sera très regardant car, souligne t-il « nous ne devons pas mettre en mal la cohésion sociale. Les élections à venir ne doivent pas être un moment pour diviser le peuple, un moment pour diviser les communautés ».

En matière de liberté de la presse au Burkina Faso, le ministre de la Communication Remis Fulgance Dandjinou, s'est félicité de cette progression depuis des années et a reconnu que c'est grâce au travail de tous les acteurs. Mais, selon lui, il y a des améliorations à apporter. « Nous avons une presse dans sa diversité qui est professionnelle, nous avons certes des améliorations à faire dans le cadre de l'accompagnement pour que les groupes de presse soient des entreprises viables, un accompagnement à faire dans le traitement de l'information au vu du contexte sécuritaire ... Il y a certes des choses à améliorer mais nous devrons célébrer la qualité du travail qui est fait dans l'ensemble de notre corporation », a-t-il fait savoir.

En matière de liberté de presse, le Burkina a été classé 36e au plan mondial sur 186 pays  et 5e en Afrique. Le ministre dit être satisfait de ce classement qui ne traduit pas « forcement » le contenu des articles parce que, dit-il, il y a beaucoup de choses à revoir. Mais de façon générale, ce classement traduit une situation à laquelle « nous avons énormément progressé dans le cadre de vivre ensemble et de l'amélioration de notre travail ».

Au cours de ce cérémonial officiel, le CNP-NZ a rendu public son rapport 2018 sur l’Etat de la liberté de la presse au Burkina Faso. Les indicateurs au plan national notent « une situation plutôt bonne » dans l’ensemble des cinq objectifs de l’étude. 

Cette journée de la liberté de la presse a été l'occasion de lancer les concours du prix Norbert Zongo du journalisme d'investigation et celui de la meilleure journaliste 2019 dans toutes les catégories. 

 

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé