Aujourd'hui,
URGENT
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)
Cybercriminalité: une opération policière internationale démantèle un réseau de cybercriminels ayant fait plus de 40 000 victimes dans le monde
Soudan: retour au calme à Khartoum malgré la suspension des pourparlers
Burkina: 88 conventions à hauteur de 1 176 milliards de F CFA signées en 2018 (Discours sur la situation de la nation)
Burkina: le Premier ministre Dabiré a exposé ce jeudi 16 mai son discours sur la situation de la nation, pour lui le bilan est plutôt satis
Niger: 17 militaires tués et 11 autres  portés disparus au cours d'une embuscade à Baley Beri, près de la frontière avec le Mali

Image d'illustration

SOCIETE

Le Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (Syntsha) dans le préavis de grève ci-dessous adressé au président du Faso, annonce une grève de 48 heures à compter du 17 avril prochain.

Excellence Monsieur le Président, 

Le 13 mars 2017, votre  gouvernement a signé un protocole d’accord avec notre syndicat dans le but d’améliorer nos conditions de travail et de vie et pour optimiser la qualité des soins offerts aux populations. Face à l’obstination du gouvernement dans son refus d’appliquer les résolutions dudit protocole d’accord par la ruse et le dilatoire, nous avons l’honneur de vous tenir informé qu’à l’appel du SYNTSHA, les travailleurs de la santé humaine et animale observeront sur toute l’étendue du territoire national, une grève de 48 heures allant du mercredi 17 avril 2019 à 7h au vendredi 19 avril 2019 à 6heures 59 mn pour exiger :

1) le respect concret du protocole d’accord gouvernement-SYNTSHA du 13 mars 2017, notamment :

1.1 le respect du libre exercice des libertés démocratiques et syndicales, le droit de grève en particulier :

1.2 la prise de mesures diligentes pour un fonctionnement optimum des formations sanitaires et vétérinaires du pays et transparence dans la gestion ; arrêt de l’impunité, luttes concrètes contre la corruption, le racket etc., dans les formations sanitaires et les services vétérinaires; 

1.2.1 santé humaine: relèvement des plateaux techniques (infrastructures, des équipements fonctionnels, des médicaments et du personnel en quantité et en qualité); arrêt des pannes de longues durées et récurrentes d’équipements conduisant à des fermetures de services, des ruptures de consommables et de médicaments etc.;

1.2.2 ressources animales et halieutiques: amélioration tangible de la couverture en soins vétérinaires par la construction, l’équipement et la dotation en logistiques roulantes des unités d’appui technique en l’élevage, des zones d’appui technique en l’élevage, des postes vétérinaires et des postes de contrôle vétérinaire aux frontières.

1.3 l’adoption suivie de mise en œuvre en fin avril 2019 au plus tard des statuts particuliers et du RIME dans les secteurs de la santé humaine et animale y compris la période transitoire liée au relèvement du niveau de recrutement des infirmiers/ères d’Etat, des sages-femmes et maïeuticiens d’Etat, Agents Itinérants de Santé et d’hygiène communautaire et des Garçons et filles de salle d’une part et d’autre part les textes relatifs à l’Agence Nationale de Soins de Santé Primaires (AGSP);

1.4 le paiement en fin avril 2019 des salaires et indemnités dus aux travailleurs au terme de la loi 057 -2017/AN portant statut de la fonction publique hospitalière en respectant la date d’effet du 1er janvier 2018 ;

1.5 la mise en œuvre immédiate du reversement en A1 des attachés de santé et des conseillers d’élevage conformément au protocole du 13 mars 2017 et avec pour date d’effet le 1er septembre 2017;

1.6 la mise en œuvre effective en 2019 du maintien de toutes les indemnités des travailleurs de la santé humaine et animale en stage.

1.7 Le respect de tous les autres engagements pris par le gouvernement dans le protocole d’accord de mars 2017 : amélioration de l’allocation indemnitaire notamment l’indemnité de contagion et de contamination pour la santé animale, prise en charge de la santé des travailleurs etc.);

1.8 un échéancier clair pour la relecture et l’adoption des textes conformément au protocole d’accord du 13 mars 2017 : arrêté conjoint sur une règlementation des marchés publics adaptée au secteur de la santé (point 4, page 21 du protocole d’accord); textes relatifs à la participation des travailleurs à travers leur syndicat aux instances où se décide leur sort (Conseil d’administration, Conseil de santé de district, comité technique régional de santé etc.(point 5 page 21 idem).

2) l’adoption rapide du décret fixant modalités de gestion des logements administratifs dévolus aux communes dans le domaine de la santé et juste règlement des problèmes de logements des agents de santé antérieurs audit décret ;

Si à l’issue de cet arrêt de travail, des solutions satisfaisantes n’étaient  pas trouvées, le SYNTSHA se réserve le droit d’engager d’autres actions de lutte pour faire aboutir ses justes revendications.

Veuillez agréer, Excellence Monsieur le président, l’expression de notre très haute considération.

Ampliations :

- Premier Ministre   

- MFPTPS                                         

- MINEFID

- MS                                           

- MRAH

- BNC/CGT-B

- Sections SYNTSHA

 Pissyamba OUEDRAOGO/

 

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé