Aujourd'hui,
URGENT
Football: les 24 équipes qualifiées pour la CAN 2019 sont connues, le tirage prévu le 12 avril à Gizeh
Mali: une centaine de civils tués dans le centre du pays, le gouvernement annonce l'ouverture d'une enquête 
Côte d'Ivoire: Pascal Affi N'Guessan candidat à l'investiture FPI pour 2020
Gabon: Ali Bongo de retour au Gabon après plusieurs mois de convalescence au Maroc
Burkina: lancement d’une campagne de vaccination pour contrer une épidémie de méningite dans la région de l'Est
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés

SOCIETE

Tristesse, consternation et douleur se lisaient sur les visages lors de l’inhumation le 19 février dernier à Tenkodogo, des quatre douaniers tués dans une attaque terroriste le 16 février.  

Pour l’ultime adieu aux Assistants des douanes, Héma Harouna, 54 ans et 28 ans de service; Georges Sanou 51 ans et 28 ans de service; Laurent L. Zongo, 38 ans et 8 ans de service; et Abdoul Aziz Ouili, 34 ans et 9 ans de service, tous tombés sur le champ d’honneur, alors qu’ils étaient en service, la Nation burkinabè était unie; des autorités ministérielles et régionales à leurs familles, en passant par leurs amis et collègues des douanes et les autres frères d’armes.

L’oraison funèbre a été dite par le directeur régional des douanes du Centre-Est, Salekou Zahi. Selon M. Zahi, les quatre éléments avaient été désignés le 13 février par ordre de service pour exécuter un service de contrôle routier de 48 heures, de jeudi à vendredi au PK32. C’est le vendredi 15 février 2019 aux environs de 17 heures qu'ils ont trouvé la mort.

Fauchés à Nouaho, à environ 10 km de Cinkansé, par les balles assassines d’individus non encore identifiés, les quatre gabelous ont été inhumés le mardi 19 février 2019 à Tenkodogo (région du Centre-Est), en présence du ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané Kaboré, du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Siméon Sawadogo et du directeur général des douanes, Adama Sawadogo. 

Au-delà de leurs familles biologique et professionnelle, c’est une foule immense venue de plusieurs contrées qui leur a rendu un dernier hommage au cimetière de Tenkodogo. Le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, et le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement ont, au nom du gouvernement burkinabè, présenté les condoléances les plus attristées aux familles des disparus et à l’administration douanière.

Avant d’être conduits à leurs dernières demeures, les communautés musulmane et catholique ont prié pour le repos des âmes des disparus.

Au nom du président du Faso, les disparus ont été élevés, à titre posthume, au rang de Chevalier de l’Ordre du mérite de l’économie et des finances, avec agrafe finances.

Pour le directeur régional des douanes, malgré cette tragédie, l’espoir demeure toujours. Salekou Zahi dit avoir foi que le Seigneur sèchera les larmes des enfants des disparus et de leurs mères. «Vous étiez dans le froid de la Nouaho, à 16 heures dans la frénésie de la route nationale N°16, la célèbre route de Cinkansé pour accomplir votre part de l’ouvrage, pour honorer votre engagement. Engagement que vous avez pris d’exécuter avec dévouement les lois et règlements douaniers, quelles que soient les conditions de terrain. Vos vies vous ont été arrachées parce que vous vouliez honorer votre serment de fidèlement et loyalement servir notre pays. Je rassurerai les autorités que malgré tout, le courage demeure en nous et que nous sommes déterminés à faire notre travail», a-t-il déclaré.

Source: DCPM / Ministère de l'Economie, des Finances et du Développement du Burkina Faso

 

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé