Aujourd'hui,
URGENT
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation

SOCIETE

Ce samedi 2 février 2019 à Ouagadougou, la Coordination nationale des syndicats de l’Éducation (CNSE) a décidé de la suspension de son mot d’ordre sur toute forme d’évaluation pris le 3 décembre 2018. Pour compter du dimanche 3 février à zéro heure, cette suspension aura une durée de deux mois maximum. 

Le 3 décembre 2018, la CNSE suspendait toute forme d’évaluation sur toute l’étendue du territoire national car, selon le coordonnateur de la CNSE, Bonaventure Belém, cette décision était intervenue parce que le gouvernement avait pris une position unilatérale de suspension des négociations en voulant leur imposer ses propositions. A la date du 4 janvier 2019, le gouvernement a invité la Coordination à la reprise du dialogue, chose qui a permis à la partie syndicale de faire de nouvelles propositions prenant en compte d’importantes concessions qu’elle avait indiqué vouloir concéder. Aux dires de M. Belém, le gouvernement a réagi à ces propositions en date du 24 janvier 2019. La CNSE après analyse desdites réponses a invité le gouvernement à ouvrir une séance de discussion directe sur la base des dernières propositions des deux parties. Et surtout à communiquer les dispositions que le gouvernement a prises pour vider les nombreux engagements qui sont en retard de mise en œuvre consignés dans la lettre ouverte transmise à l’ancien Premier ministre, Paul Kaba Thiéba en décembre 2018.

A en croire le coordonnateur de la CNSE, dans une correspondance du 29 janvier 2019, le gouvernement a apporté des réponses à ces sollicitations dont la reprise des travaux du comité de rédaction d’un statut valorisant du 4 au 10 février prochain et la soumission dudit projet en Conseil des ministres deux semaines plus tard.

C’est en prenant en compte ce nouvel esprit de dialogue et analysant le contexte actuel et la demande des milliers d’élèves relative à la reprise des évaluations que la CNSE  a décidé de suspendre son mot d’ordre en cours pour compter du dimanche 3 février 2018 à zéro heure. «Cette mesure, d’une grande responsabilité, doit être comprise par le gouvernement comme la volonté des syndicats à entamer les discussions du 4 février dans un esprit de dialogue sincère en vue d’aboutir à un statut véritablement valorisant pour les personnels de l’Éducation et de la Recherche» a fait savoir M. Belém qui indique que, cette suspension doit donner lieu à une reprise normale des activités dans l’attente de l’évaluation définitive de la situation en fin mars.

«En fin mars donc, la CNSE évaluera l’application des engagements y compris la question du statut valorisant et prendra une décision définitive sur la suite des événements et cela, en fonction des conclusions de l’analyse qu’elle aura faite» prévient la CNSE. 

En tout état de cause, la CNSE a exigé la mise en œuvre des engagements pris et en retard dans un délai de deux mois à compter du 1er février.

La coordination est par ailleurs revenue sur les agressions subies par leurs collègues dans les différentes localités du pays. Elle invite les autorités à prendre leurs responsabilités en vue de faire de l’école un cadre d’apprentissage des valeurs sociales et humaines en sanctionnant les fautifs.

 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé