Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: saisie record de 200 tonnes de faux médicaments à Abidjan
Football: le Burkina Faso bat le Soudan du Sud par 2 buts à 1 au titre de la 2e journée des éliminatoires de la CAN 2021
Burkina: 32 terroristes neutralisés dans les régions du Centre-nord et du Nord
Sécurité: le Nigeria, le Bénin et le Niger lancent des patrouilles communes aux frontières
Burkina: l'opposition politique demande la levée "pure et simple" de la suspension de trois mois du FPR
5e RGPH: 5 229 contrôleurs et 20 916 agents recenseurs prêts pour l’opération de dénombrement qui débute ce 16 novembre
Niger: après trois ans d'absence, l'opposant Hama Amadou est rentré dans son pays ce jeudi 14 novembre
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré relâché «sans aucune charge»
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays

SOCIETE

Le Conseil supérieur de la communication avec l’appui de la direction générale des Impôts a entrepris de mener des concertations en vue d’aboutir à une approche cohérente des mécanismes de la fiscalité des médias au Burkina Faso. A cet effet, un atelier national regroupant les responsables des médias privés, des organisations professionnelles du secteur des médias, des agences de communication et des acteurs étatiques a été organisé ce jeudi 31 janvier 2019 à Ouagadougou. 

Résultante de la  collaboration entre le Conseil supérieur de la communication (CSC) et le ministère en charge des finances à travers la direction générale des impôts, ce présent atelier vient au titre des initiatives engagées par le nouveau collège du CSC en faveur des médias. Cette tribune de dialogue et de concertations offerte, constitue une opportunité pour les différentes parties prenantes d’apporter des réponses à la problématique sur la fiscalité des médias au Burkina Faso. Parvenir à une approche consensuelle et des mesures à suggérer aux autorités pour l’adoption de la fiscalité adaptée aux entreprises de presse, tel est l’objectif poursuivi par ce séminaire national. 

Selon le président du CSC, Mathias Tankoano, des medias burkinabè subissent des charges qui entravent en partie leur viabilité économique. «Ces charges sont liées aux ressources finales de la fiscalité des entreprises commerciales mais aussi aux redevances payées à l’Arcep et au BBDA » a-t-il affirmé. De nos jours, le président du CSC dit constater que peu d’entreprises de presse parviennent à supporter ces taxes fiscales et para fiscales.

Et le ministre de la Communication, Rémis Fulgance Dandjinou d’ajouter que, l’environnement économique dans lequel les medias opèrent est un environnement extrême délicat. Donc, pour lui, il est important de réfléchir sur leur fiscalité et les possibilités que l’Etat peut offrir à ces éléments importants dans le fonctionnement de la démocratie afin que cela puisse être quelque chose de pérenne pour les populations.

Pour le directeur général des Impôts, Adama Badolo, les débats sur la nécessité d’un allègement des taxes fiscales et des différentes redevances acquittées par les medias ne datent pas d’aujourd’hui. «Déjà dans les années 2013, un mémorandum avait été adressé par les associations professionnelles des médias aux autorités. Dit mémorandum qui avait conduit à la mise en œuvre d’un groupe de travail. Celui-ci avait esquissé les pistes d’allègement de la fiscalité sur les médias» a-t-il fait savoir. En la matière, précise M. Badolo, il y a ce qui peut être entrepris au plan national et ce dont notre pays est incapable au regard des règles supranationales notamment celles contenues dans les traités de la Cédéao et de l’Uemoa. Il a néanmoins rassuré les participants que leurs conclusions et leurs recommandations feront l’objet d’une attention particulière et seront transmises à qui de droit pour les réponses à y apporter.

Les participants issus des 45 provinces ont réfléchi toute la journée du jeudi 31 janvier 2019 sur les fondements, la typologie et les modalités de collectes de la fiscalité applicable aux entreprises de presse et d’autre part, rédigé un plaidoyer des entreprises de presse sur la fiscalité qui leur est appliquée. Pour leur permettre d’aboutir à la formulation de recommandations pertinentes, les participants ont eu droit à des communications portant sur la fiscalité applicable aux entreprises de presse et sur la facture normalisée. Les représentants des différents types de médias ont exposé quant à eux, les attentes spécifiques des entreprises de presse en matière de fiscalité.

Les recommandations recueillies seront toilettées avant d’être portées par le groupe de travail qui avec le CSC va mener le plaidoyer auprès du gouvernement et des parlementaires. 

.

 

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé