Aujourd'hui,
URGENT
Comores: Azali Assoumani réélu président dès le 1er tour selon la Céni avec 77% des voix ; l'opposition conteste le résultat (RFI)
Burkina: une production record de 52, 662 tonnes d’or en 2018 (Officiel)
Algérie: le chef de l'armée demande à ce que le président Bouteflika soit déclaré inapte (RFI)
Burkina: le Syndicat de la santé humaine et animale en grève de 48 h à compter du 17 avril 2019 (préavis)
Brexit: Theresa May perd le contrôle de la Chambre des communes
Soum: un passager blessé dans un attentat à la mine (AIB)
Football: les 24 équipes qualifiées pour la CAN 2019 sont connues, le tirage prévu le 12 avril à Gizeh
Mali: une centaine de civils tués dans le centre du pays, le gouvernement annonce l'ouverture d'une enquête 
Côte d'Ivoire: Pascal Affi N'Guessan candidat à l'investiture FPI pour 2020
Gabon: Ali Bongo de retour au Gabon après plusieurs mois de convalescence au Maroc

SOCIETE

La Coopérative Maraichère de la commune de Komsilga a reçu un don de 48,8 millions de Francs CFA du  gouvernement du Japon. Ce don a été accordé pour le financement du projet de construction d’un magasin moderne et adapté au stockage et à la conservation des oignons et de céréales pour l’atteinte de la sécurité alimentaire dans la commune de Komsilga (province du Kadiogo/région du Centre). La signature du contrat de don a eu lieu ce mercredi 23 janvier 2019 à l’ambassade du Japon au Burkina.

Le Burkina Faso est un pays à vocation agricole. Plus de 80% de sa population s’adonne aux activités de production agricole. Le développement du secteur agricole est donc nécessaire pour assurer l’essor socio-économique  du pays. C’est donc dans le cadre de la coopération entre le Japon et le Burkina Faso que la Coopérative maraîchère e Komsilga a reçu cette assistance financière pour construire ce magasin moderne.

Avec la construction de  ce magasin d’une capacité de 100 tonnes, le Japon compte apporter sa « modeste » contribution à l’atteinte des objectifs du PNDES selon l’ambassadeur Tamotsu Ikezaki : « Ce magasin  permettra tout d’abord de conserver le plus longtemps possible la production d’oignons pour les rendre disponibles aux consommateurs en toute saison, ce qui contribue à la sécurité alimentaire. Ensuite, d’optimiser les revenus en évitant que les producteurs soient obligés de brader leur production après les récoltes de peur que cela ne pourrisse. Enfin de renforcer la solidarité des producteurs pour qu’ils unissent davantage leurs forces pour booster la production maraîchère et contribuer à l’auto-suffisante alimentaire dans la commune de Komsilga.»

Le président de la coopérative bénéficiaire, Salomon Ouédraogo, a fait savoir que  le stockage et la conservation des produits post-récoltes dans la commune rurale de Komsilga comme dans beaucoup de communes du Burkina Faso, demeure jusque-là une problématique pour le monde rural. Et, nonobstant les efforts déployés par l’État et ses partenaires au développement, le stockage et la conservation des productions agricoles sont loin d’être un acquis du fait de la vétusté des infrastructures, de leur insuffisance ou de leur inexistence.  Le corollaire de ces difficultés est l’aggravation des pertes post-récoltes, toute chose qui affecte la sécurité alimentaire par la réduction des disponibilités alimentaires et des revenus annuels des agriculteurs. Salomon Ouédraogo, a, à cette occasion assuré la disponibilité entière des membres de la coopérative maraîchère à mener le projet à bon terme.

En rappel, le 17 janvier dernier le président de l’Association Faso-Japon Solidarité, Siaka Gobé  et l’ambassadeur du Japon au Burkina signaient un contrat de don d’un montant d’environ 22 millions de FCFA pour l’exécution du « projet de mise à la disposition de deux ambulances pour la mairie de Bobo- Dioulasso et celle de Zorgho». Ces deux dons entrent dans le cadre du programme de coopération du Japon intitulé "dons aux micro-projets locaux contribuant à la sécurité humaine"

 

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé