Aujourd'hui,
URGENT
Egypte: l'Onu demande une enquête indépendante sur la mort de l'ancien président Mohamed Morsi
Gabon: colère des femmes gabonaises après la suppression du ministère dédié à l’Égalité
Burkina: le CICR renforce les capacités des journalistes sur la couverture «responsable» des conflits armés
Procès Putsch: le parquet militaire requiert la prison à vie pour les généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé. 
Procès Putsch: le parquet militaire demande la destitution des généraux Diendere et Bassole de leur grade. 
Burkina: l’ex parti au pouvoir, le CDP,  accuse certains de ses membres de vouloir sa liquidation (AIB)
Sondage: le président Roch Marc Christian Kaboré obtient la note de 4,72/10 pour sa gouvernance dans le 1er semestre de 2019
Football: les Étalons du Burkina classés 9e en Afrique et 59e au niveau mondial par la Fifa au mois de juin 2019
Gambie: le gouvernement saisit les biens et les avoirs de Yahya Jammeh
Burkina: 110 508 candidats inscrits à la session 2019 du baccalauréat

SOCIETE

49 morts et plus de 1 200 déplacés, tel est le dernier bilan des événements tragiques de Yirgou dressé par le gouvernement ce mercredi 9 janvier 2019. Selon le porte-parole du gouvernement, Remis Fulgance Dandjinou, la situation de Yirgou a dominé en grande partie le Conseil des ministres tenu ce mercredi.

Pour faire donc le point complet de la situation, trois ministres  étaient face à la presse au palais présidentiel de Kosyam. Le ministre en charge de l’Administration territoriale, Siméon Sawadogo a indiqué qu’un comité de crise a été mis en place et l’une de ses principales missions est de sécuriser les zones avec l’appui des ministères de la Sécurité et de la Défense. Aussi, il a précisé que les enquêtes étaient en cours afin de situer les responsabilités et punir les fautifs.

Des personnes disparues…

Le ministre de la Sécurité a pour sa part mentionné qu’en plus des 49 décédés, il y aurait des cas de personnes à rechercher. Malgré tout, Clément Sawadogo a démenti les rumeurs qui font état d’une centaine de morts : « Je m’inscris en faux contre certaines tendances assez folles qui disent qu’il y a une centaine de décès. Aucune tendance sur le terrain n’indique que nous irons à 100 décès». 

Par ailleurs, le chef du département de la Sécurité a fait savoir que le dispositif sécuritaire qui a été mis en place pour contenir la crise sera maintenue le plus longtemps possible au regard de la sensibilité de la zone.

Le département en charge de la Solidarité nationale  s’occupe de la prise en charge des personnes déplacées suites aux événements. La ministre, Laurence Ilboudo a tenu à préciser qu’avant Yirgou, il y avait des personnes déplacées pour cause de terrorisme dans les zones du Nord et du Sahel, qui ont été également recensées et qui seront prise en charge en plus de celles de Yirgou. 

6103 déplacés hébergés dans 4 sites

Selon ses informations, la prise en charge se fait à deux niveaux : une prise en charge plus urgente (abri, couverture et repas pour les déplacés)  et une réinsertion. 4 camps ont été mis en place pour accueillir les déplacés. Il s’agit des camps de Kelbo, Arbinda, Djibo et Barsalogho. Dans le dernier centre d’accueil de Barsalogho, le nombre de déplacés est de 1285 personnes provenant essentiellement de Yirgou. « Le total des personnes déplacées dans les quatre centres d’accueil est de 6103», a précisé Laurence Ilboudo.   Des dispositions pour fournir l’eau potable aux déplacés ont été également prises, a assuré la ministre. 

En outre, sur le plan sanitaire, le gouvernement dit avoir assuré une prise en charge totale des blessés qui ont été référés à Kaya. A cela, un pécule de 15 000 FCFA a été remis par épouse ou par famille. En dehors de cela, trois blessés ont été évacués à Ouaga et un pécule  de 50 000 FCFA a été donné aux parents des blessés.

En rappel, le 1er janvier 2019, l’assassinat de 6 personnes dont le chef de village par des individus non identifiés dans le village de Yirgou, commune de Barsalogho, province du Sanmatenga au Centre-nord du Burkina a conduit à des actions de représailles contre des personnes appartenant à la communauté peule par des les populations et des individus qui seraient issus du groupe d’autodéfense «Koglweogo». 

Source: DCPM/MCRP

 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé