Aujourd'hui,
URGENT
Ghana: un journaliste d’investigation assassiné à Accra
Burkina: le Canadien Kurk Woodman, enlevé dans la nuit du 15 au 16 janvier à Tiabangou (Région du Sahel) a été retrouvé mort
Justice: la CPI rejette la demande de maintien en détention de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé et autorise leur libération immédiate
Burkina: un citoyen canadien a été enlevé sur un site d’exploration minière situé dans la pronvince du Yagha (Région du Sahel)
Brexit: les députés britanniques rejettent massivement l'accord de Brexit par 432 voix contre
Justice: la CPI acquitte Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé et exige leur libération immédiate
Ouagadougou: un mort dans une explosion dans une villa contenant des substances explosives au quartier Silmiyiri (arrondissement 9)
Football: Salitas FC a été battu (1-0) par Al Nasr de Benghazi au match aller du tour de cadrage de la Coupe de la Confédération
Mali: le Comité International de la Croix-Rouge dresse un bilan préoccupant de la situation humanitaire
Criminalité faunique: deux présumés trafiquants burkinabè interpellés avec des peaux de cinq félins par le ministère de l'environnement

SOCIETE

Une cellule de terroristes présumés -composée de deux Burkinabè, un Ivoirien et un Malien- a été démantelée jeudi 6 décembre au Mali, selon les services de renseignements de ce pays. Elle est soupçonnée de préparer des attentats à Ouagadougou, Bamako et Abidjan à l’occasion des fêtes de fin d’année, d'après un communiqué de presse des renseignements maliens. 

«Adama Konaté, 31 ans originaire de Yira Dioubasso au Burkina, tout comme son frère Kassim Konaté ainsi que Youssouf Sako et Abdramane Sanogo ont été appréhendés alors qu’ils s’apprêtaient à perpétrer des attentats sur certains points sensibles d’Abidjan, Bamako et Ouagadougou lors des fêtes de fin d’année», selon le communiqué des renseignements maliens. Ils ont été interpellés près de Koutiala (sud), non loin de la frontière avec le Burkina Faso. 

Le chef de la cellule, Adama Konaté, et ses trois lieutenants auraient participé au double attentat du 2 mars dernier à Ouagadougou contre l’Etat-major général des armées et l’ambassade de France. Cette  double attaque avait fait 8 morts et 85 blessés. 

C’est lui qui assurait la succession d’Abdallah Sawadogo, le djihadiste abattu par les gendarmes burkinabè à Rayongo, en périphérie de Ouagadougou, le 22 mai 2018.

«A ce titre il était devenu le point focal des groupes terroristes dans la jonction des trois frontières, (Mali, Burkina et Cote d’Ivoire) et avait entamé une opération de recrutement. Toutefois Kassim Konaté installé à Abidjan était chargé de la reconnaissance des sites susceptibles de faire objet d’éventuels attaques», relate le document.

Sur lui, ont été découvert des images des différents endroits ciblés.

La cellule démantelée serait aussi impliquée dans l'enlèvement d'une  religieuse colombienne en février 2017 dans cette région du Mali, précisent  les renseignements maliens dans le communiqué publié mercredi 12 décembre.

Les trois pays collaborent étroitement pour agir efficacement dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, conclut le communiqué.

FESPACO 2019

Sondage

L’instauration de l’état d’urgence dans certaines régions du Burkina contribuera-t-elle a résoudre la question du terrorisme?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé