Aujourd'hui,
URGENT
France: le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, accusé de non dénonciation d'actes pédophiles
Kazakhstan: le président Noursoultan Nazarbaïev annonce sa démission après près de 30 ans de pouvoir
Mozambique: le bilan humain du cyclone «pourrait dépasser les 1000 morts»
Musique: le chanteur congolais Koffi Olomidé a été condamné à 2 ans de prison avec sursis pour agressions sexuelles sur mineure
Mozambique: la ville de Beira terrassée après le passage du cyclone Idai, 73 morts comme bilan provisoire
Golf: le Burkina Faso remporte la « Ryder cup 2019 » devant le Japon
Burkina: Trois morts et des blessés dans l’attentat à la mine dans la Komandjari, Est du pays (AIB)
Pays-Bas: fusillade dans un tramway, au moins un mort plusieurs blessés
Nouvelle-Zélande: au moins 49 morts dans une attaque de deux mosquées
Football: Paulo Duarté a dévoilé la liste des Étalons devant prendre part au match contre la Mauritanie le 22 mars, tous les cadres y sont

SOCIETE

Une cellule de terroristes présumés -composée de deux Burkinabè, un Ivoirien et un Malien- a été démantelée jeudi 6 décembre au Mali, selon les services de renseignements de ce pays. Elle est soupçonnée de préparer des attentats à Ouagadougou, Bamako et Abidjan à l’occasion des fêtes de fin d’année, d'après un communiqué de presse des renseignements maliens. 

«Adama Konaté, 31 ans originaire de Yira Dioubasso au Burkina, tout comme son frère Kassim Konaté ainsi que Youssouf Sako et Abdramane Sanogo ont été appréhendés alors qu’ils s’apprêtaient à perpétrer des attentats sur certains points sensibles d’Abidjan, Bamako et Ouagadougou lors des fêtes de fin d’année», selon le communiqué des renseignements maliens. Ils ont été interpellés près de Koutiala (sud), non loin de la frontière avec le Burkina Faso. 

Le chef de la cellule, Adama Konaté, et ses trois lieutenants auraient participé au double attentat du 2 mars dernier à Ouagadougou contre l’Etat-major général des armées et l’ambassade de France. Cette  double attaque avait fait 8 morts et 85 blessés. 

C’est lui qui assurait la succession d’Abdallah Sawadogo, le djihadiste abattu par les gendarmes burkinabè à Rayongo, en périphérie de Ouagadougou, le 22 mai 2018.

«A ce titre il était devenu le point focal des groupes terroristes dans la jonction des trois frontières, (Mali, Burkina et Cote d’Ivoire) et avait entamé une opération de recrutement. Toutefois Kassim Konaté installé à Abidjan était chargé de la reconnaissance des sites susceptibles de faire objet d’éventuels attaques», relate le document.

Sur lui, ont été découvert des images des différents endroits ciblés.

La cellule démantelée serait aussi impliquée dans l'enlèvement d'une  religieuse colombienne en février 2017 dans cette région du Mali, précisent  les renseignements maliens dans le communiqué publié mercredi 12 décembre.

Les trois pays collaborent étroitement pour agir efficacement dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, conclut le communiqué.

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé