Aujourd'hui,
URGENT
RDC: l'armée affirme avoir tué le chef de la rébellion rwandaise FDLR
Burkina: les télévisions privées débourseront 75 millions de FCFA par an pour la redevance TNT
Hadj 2019: 2 agences de voyage suspendues, 6 décès enregistrés dans la délégation burkinabè 
Justice: la procureure de la CPI fait appel de l'acquittement de Gbagbo et Blé Goudé
Burkina: l’UPC «vivement préoccupée par la dégradation continue de la situation sécuritaire»
Burkina: la marche non autorisée des syndicats et de la société civile dispersée par la police, une dizaine de blessés
Cyclisme: Le Burkinabè Bachirou Nikiéma remporte le grand prix de la ville d'Abidjan
Cédéao: Mise en place d'un plan quinquennal de lutte contre le terrorisme d'un montant de près 596 milliards de FCFA
Cyclisme: le Burkinabè Paul Daumont remporte le tour cycliste international de Côte d'Ivoire
Cameroun: le président Paul Biya convoque "un grand dialogue national" sur la crise au Cameroun anglophone

SOCIETE

Le Burkina abrite les 30 novembre et 1er décembre prochain, la 7ème conférence ministérielle de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) qui a pour thème «autonomisation de la femme dans les Etats membres de l’OCI: enjeux, défis et perspectives». En prélude à cet évènement, le ministère en charge de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille a animé une conférence de presse ce mardi 27 novembre 2018 pour décliner les enjeux de l’organisation de cette session.


Depuis 2006, l’OCI organise chaque deux an une conférence ministérielle sur le rôle de la femme dans le développement des pays membres. Cette conférence sur le rôle de la femme dans le développement des Etats membres de l’OCI, première du genre en Afrique noire, vise à offrir aux Etats membres ainsi qu’aux institutions partenaires l’opportunité de discuter des avancées sur les questions de l’autonomisation de la femme, de la mise en œuvre du plan d’Action de l’OCI sur la promotion de la Femme (OPAAW) et les politiques du genre dans les Etats membres de l’OCI. Selon la ministre Marie Hélène Ilboudo/Marshall, elle vise également à identifier les principaux obstacles et challenges auxquels sont confrontées les  femmes  dans  les  Etats membres.

La conférence se déroulera en deux jours et comportera une réunion des experts et une conférence des ministres. La  première  journée  sera  consacrée à une réunion préparatoire des  experts des Etats membres. Cette réunion vise à étudier les documents à soumettre à la conférence ministérielle. Cette rencontre ministérielle se déroulera le deuxième jour et regroupera les ministres ainsi que les experts des Etats membres.  La  Conférence appréciera  les  documents  soumis  par  la  réunion  des  experts et  procédera  à l’adoption de résolutions et recommandations.

A entendre la ministre, près de 10 ans après l’adoption du premier plan d’action de l’OCI pour la promotion de la femme au Caire, d’énormes défis restent encore à être relever. Donc, explique-t-elle, cette conférence échangera sur les voies et moyens pour faire face aux multiples défis que font face les femmes dans leur lutte quotidienne, afin de dégager des perspectives pour un mieux-être. Elle mettra également en exergue les engagements des Etats membres notamment la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles, la réalisation de la justice et de l’égalité de genre, les poids économiques, sociaux et psychologiques qui pèsent sur les femmes et les filles
Pour ce faire, les participants auront l’opportunité de faire un partage d’expériences et de connaissances pouvant aboutir à des recommandations spécifiques sur la mise en œuvre du plan d’action de l’OCI pour la promotion de la femme.

Les participants à cette conférence sont les ministres en charge de la Promotion de la Femme et du genre et leurs experts, le secrétariat général et les institutions spécialisées et affiliées de l’OCI, les membres du comité consultatif auprès de la conférence ministérielle sur le rôle des femmes dans le développement des Etats membres, les institutions internationales et régionales telles que le Pnud et l’Onu-Femme, des personnes ressources. Créée en 1969, l’OCI se présente comme l’une des plus grandes organisations intergouvernementales regroupant 57 Etats dont le Burkina Faso.

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé