Aujourd'hui,
URGENT
MPP: «L’effervescence des grèves freine sérieusement la mise en œuvre effective du programme présidentiel»
Burkina: la Fédération internationale des Journalistes appelle au retrait de la réforme du Code pénal
Burkina: des médecins expriment leur ras-le-bol avec un ‘’carton jaune’’ au ministère de la santé (AIB)
RDC: l'Eglise appelle Tshisekedi à rompre avec les méthodes du régime précédent
France: Lamine Diack, l'ex-patron de l'athlétisme mondial, bientôt jugé pour «corruption active et passive» et « abus de confiance »
Barsalogho: 15 personnes tuées dans la soirée du samedi 22 juin 2019 par des hommes armés non identifiés (ministère de la Défense). 
USA: une condamnation à mort annulée après 6 procès pour «biais racial» (RFI)
Burkina: le Code pénal révisé adopté malgré l’opposition des médias et des organisations de droits humains   
Burkina: 110 508 candidats à la conquête du BAC premier diplôme universitaire
Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie

SOCIETE

Débutée le 15 novembre dernier, la 3e édition du Salon international de l’enfant et de l’adolescent (Sinea) a refermé ses portes ce lundi 19 novembre 2018. Comme à son habitude les acteurs intervenant dans le domaine de la protection des droits de l’enfant et de l’adolescent ont mené la réflexion afin de conjuguer leurs efforts pour un meilleur encadrement de cette couche.  

«Protection de l’enfant, développement numérique et pratiques traditionnelles : défis et stratégies », c’est sous ce thème que s’est déroulée l’édition 2018 du Salon international de l’enfant et de l’adolescent. A travers cette plateforme, l’Association pour le bien-être des enfants et des adolescents d’Afrique (ABE2A), entend « promouvoir les droits de l’enfant et contribuer à créer un environnement favorable permettant aux enfants et aux adolescents de s’épanouit et de devenir des adultes accomplis», confie Alice Diarra, présidente de l’association.

Ainsi, cinq jours durant, par le biais de panels, ateliers et autres conférences, l’heure a été de sonner à nouveau la mobilisation pour ce qui est de la valorisation des droits de l’enfant. En termes de bilan, Mme Diarra tire satisfaction de la tenue de ce 3e rendez-vous. A l’en croire, le défi était de tenir le pari de l’effectivité des acticités au programme. «Nous avons mis à l’honneur le Maroc. Aussi, il y a eu le rapprochement de certains panels des enfants. Aussi l’organisation d’un side-event avec l’appui de Terre des Hommes, Educo et Unicef», fait-elle remarquer.

Cependant, les regards sont d’ores et déjà tournés vers l’acte 4 du Sinea en 2020. Traduisant sa reconnaissance aux différentes acteurs ayant pris part à ce rendez-vous, Alice Diarra confie que les conclusions issues des différentes communications, seront mises à profit pour l’atteinte des objectifs en matière des droits de l’enfant.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé