Aujourd'hui,
URGENT
RDC: l'armée affirme avoir tué le chef de la rébellion rwandaise FDLR
Burkina: les télévisions privées débourseront 75 millions de FCFA par an pour la redevance TNT
Hadj 2019: 2 agences de voyage suspendues, 6 décès enregistrés dans la délégation burkinabè 
Justice: la procureure de la CPI fait appel de l'acquittement de Gbagbo et Blé Goudé
Burkina: l’UPC «vivement préoccupée par la dégradation continue de la situation sécuritaire»
Burkina: la marche non autorisée des syndicats et de la société civile dispersée par la police, une dizaine de blessés
Cyclisme: Le Burkinabè Bachirou Nikiéma remporte le grand prix de la ville d'Abidjan
Cédéao: Mise en place d'un plan quinquennal de lutte contre le terrorisme d'un montant de près 596 milliards de FCFA
Cyclisme: le Burkinabè Paul Daumont remporte le tour cycliste international de Côte d'Ivoire
Cameroun: le président Paul Biya convoque "un grand dialogue national" sur la crise au Cameroun anglophone

SOCIETE

Débutée le 15 novembre dernier, la 3e édition du Salon international de l’enfant et de l’adolescent (Sinea) a refermé ses portes ce lundi 19 novembre 2018. Comme à son habitude les acteurs intervenant dans le domaine de la protection des droits de l’enfant et de l’adolescent ont mené la réflexion afin de conjuguer leurs efforts pour un meilleur encadrement de cette couche.  

«Protection de l’enfant, développement numérique et pratiques traditionnelles : défis et stratégies », c’est sous ce thème que s’est déroulée l’édition 2018 du Salon international de l’enfant et de l’adolescent. A travers cette plateforme, l’Association pour le bien-être des enfants et des adolescents d’Afrique (ABE2A), entend « promouvoir les droits de l’enfant et contribuer à créer un environnement favorable permettant aux enfants et aux adolescents de s’épanouit et de devenir des adultes accomplis», confie Alice Diarra, présidente de l’association.

Ainsi, cinq jours durant, par le biais de panels, ateliers et autres conférences, l’heure a été de sonner à nouveau la mobilisation pour ce qui est de la valorisation des droits de l’enfant. En termes de bilan, Mme Diarra tire satisfaction de la tenue de ce 3e rendez-vous. A l’en croire, le défi était de tenir le pari de l’effectivité des acticités au programme. «Nous avons mis à l’honneur le Maroc. Aussi, il y a eu le rapprochement de certains panels des enfants. Aussi l’organisation d’un side-event avec l’appui de Terre des Hommes, Educo et Unicef», fait-elle remarquer.

Cependant, les regards sont d’ores et déjà tournés vers l’acte 4 du Sinea en 2020. Traduisant sa reconnaissance aux différentes acteurs ayant pris part à ce rendez-vous, Alice Diarra confie que les conclusions issues des différentes communications, seront mises à profit pour l’atteinte des objectifs en matière des droits de l’enfant.

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé