Aujourd'hui,
URGENT
RDC: l'armée affirme avoir tué le chef de la rébellion rwandaise FDLR
Burkina: les télévisions privées débourseront 75 millions de FCFA par an pour la redevance TNT
Hadj 2019: 2 agences de voyage suspendues, 6 décès enregistrés dans la délégation burkinabè 
Justice: la procureure de la CPI fait appel de l'acquittement de Gbagbo et Blé Goudé
Burkina: l’UPC «vivement préoccupée par la dégradation continue de la situation sécuritaire»
Burkina: la marche non autorisée des syndicats et de la société civile dispersée par la police, une dizaine de blessés
Cyclisme: Le Burkinabè Bachirou Nikiéma remporte le grand prix de la ville d'Abidjan
Cédéao: Mise en place d'un plan quinquennal de lutte contre le terrorisme d'un montant de près 596 milliards de FCFA
Cyclisme: le Burkinabè Paul Daumont remporte le tour cycliste international de Côte d'Ivoire
Cameroun: le président Paul Biya convoque "un grand dialogue national" sur la crise au Cameroun anglophone

SOCIETE

Dans le cadre de la 14ème édition de la Semaine nationale de l’internet (SNI) qui se tient du 20 au 24 novembre prochain à Ouagadougou qui sera désormais la Semaine du numérique, la Société nationale des postes (Sonapost) a célébré ce mercredi 21 novembre une journée nationale sans papier. La cérémonie d’ouverture de ladite journée a eu lieu en présence du Conseiller technique du ministre en charge du Numérique, et du directeur général de la Sonapost.


Cette journée a pour objectif de faciliter les relations de travail et de guider les travailleurs vers des activités plus productives et exploitant les potentiels du numérique pour la transformation digitale des structures. A cette journée, la Sonapost a partagé avec les participants son expérience en matière de réduction de la consommation du papier dans son entreprise.

Pour le directeur général de cette structure, Nabi Issa Coulibaly, selon les spécialistes, 40% de la richesse du contenu des documents restent oublié dans les archives entrainant une perte considérable d’information utiles. Pour lui, cette utilisation du papier a certainement des conséquences sur l’environnement.
A l’entendre, selon les estimations de 2017, la Sonapost utilisait une quantité de papier qui nécessite l’abattage d’environ 120 arbres de troncs moyens avec une hauteur de 12 mètres. Ce qui veut dire, selon ses mots, au minimum chaque année, la Sonapost se donnait cette responsabilité sociale de planter l’équivalent de 150 arbres pour compenser l’abattage des arbres dans le monde. Au regard de ces chiffres, la Sonapost a mis en avant l’utilisation des technologies de l’information et de la communication dans le traitement du courrier et des stockages des données qui est indispensable

«Cette journée sans papier donne certainement une occasion à tous de prendre de bonnes résolutions et d’encourager notre entourage à repenser l’utilisation du papier de manière plus intelligente» a-t-il affirmé en espérant qu’au cours de cette journée d’échanges, sa structure, en retour, découvrira de nouvelles initiatives qui pourront lui permettre d’améliorer sa pratique parce que, dit-il, «nous sommes tous à la rechercher de la performance».
 Pour sa part, le représentant du ministre en charge du Numérique, Abdoulaye Kondé, par ailleurs président du conseil d’administration de la Sonapost, a laissé entendre que le thème «innovation numérique pour la transformation structurelle de l’économie et de la société» de cette 14ème édition en dit long sur les ambitions du gouvernement d’aller au tout numérique en matière de modernisation de l’administration, des entreprises et de l’économie.

Afin de matérialiser cette volonté d’aller au tout numérique, cette journée sans papier a été donc instaurée. Elle vise à inciter et à encourager l’administration, les entreprises publiques et privées à se tourner vers le numérique à réduire considérablement l’utilisation du papier afin de limiter son impact sur l’environnement. «L’organisation de cette journée constitue une invite lancée à tous les acteurs que nous sommes à aller au tout numérique en vue d’une réorganisation profonde de notre manière d’utiliser et de consommer le papier dans nos différentes structures» a conclu M. Kondé.

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé