Aujourd'hui,
URGENT
Politique: le groupe parlementaire dissident de l'UPC a changé de dénomination et s'appelle désormais Groupe parlementaire RD (UPC)
France: Chérif Chekatt, l'auteur de l'attentat contre le marché de Noël à Strasbourg qui a fait 3 morts, a été abattu par la police
Royaume-Uni: le Parlement votera sur le Brexit entre le 7 et le 21 janvier 2019
RDC: incendie dans un entrepôt de la Commission électorale à Kinshasa à 10 jours de la présidentielle, d'importants dégâts matériels
Mali: arrestation de Burkinabè soupçonnés de préparer des attentats à Ouaga, Bamako et Abidjan pendant les fêtes de fin d'année
Burkina: le flambeau du 11-décembre a été transmis à Tenkodogo, ville hôte de la célébration de l'indépendance en 2019
Centrafrique: arrestation en France de Patrice-Edouard Ngaïssona, ex-chef anti-balaka en RCA
11-décembre:  «Rien et absolument rien ne doit remettre en cause notre vouloir vivre-ensemble» (Roch Kaboré)
Migration: le pacte de l’ONU sur les migrations adopté à Marrakech
11-Décembre: "L'occasion de rendre hommage à notre peuple travailleur et de saluer la mémoire des bâtisseurs de notre nation." (Roch Kaboré)

Le ministre de la Sécurité Simon Compaoré encourageant les forces de l'ordre la nuit du passage de l'an

SOCIETE

Du jeudi  22 décembre 2016 au mardi 2 janvier 2017,  la police nationale a mis en place un dispositif de sécurisation en vue de permettre à la population de la ville de Ougadougou de passer la période des fêtes en toute quiétude. Au lendemain de cette disposition prise, la direction de la police centrale de la capitale burkinabè a dressé le bilan de ces sorties sur le terrain, à travers une conférence de presse, tenue ce vendredi 6 janvier 2017, au commissariat central de Ouagadougou. 


Rendre public les résultats du programme sécuritaire mis en place à l’occasion de la célébration des fête de fin d’année 2016, par le biais des médias, constituait l’objectif principal de cette rencontre. Les stratégies de sécurisation dont a fait usage la police nationale, avait pour objectif principal selon le commissaire central de Ouagadougou, Irnou Kambiré «de sensibiliser les usagers de la route, (…) sécuriser les lieux de cultes, enfin de dissuader d’éventuels malfrats».

Ces opérations ont été menées à travers l’occupation de 112 carrefours au total dans la ville de Ouagadougou, mais aussi des patrouilles. Il s’agissait aussi de réguler la circulation pour prévenir les accidents et de lutter contre l’insécurité de façon générale. « Ce qui a permis d’obtenir des résultats satisfaisants », confie le commissaire Kambiréqui soutient que « ces actions ont permis de réduire sensiblement le nombre d’accidents de la circulation routière comparativement à la même période de l’année dernière. Cette année, nous avons enregistré une réduction de 50% ».

En outre, des patrouilles de dissuasion et de sécurisation des lieux de culte ont aussi été organisées. Sur ce volet et à en croire le commissaire central de Ouagadougou, il y a eu des ratissages de «zones réputées criminogènes», des contrôles d’identité, de pièces d’engins à deux roues, de véhicules. Bilan de ces opérations: «un véhicule mis en fourrière. 47 engins à deux roues saisis, 250 cartouches de calibre 12mm abandonnées par des délinquants en fuite». Le commissaire Kambiré ajoute qu’«un réseau de 9 délinquants composé d’élèves en majorité, a également été démantelé».

Ces différentes descentes dans les artères de la ville de Ouagadougou, durant la période chaude des fêtes de fin d’année a également permis aux policiers de Ouagadougou de mettre la main sur certains objets. Parmi ceux-ci, on note 2 pistolets automatiques, 2 revolvers, 6 minutions, 3 vélomoteurs. Reconnaissant tout de même que dans l’exécution de ces dites opérations, les agents de la police nationale, ont été confrontés à quelques difficultés. Par ailleurs, mention spéciale a été faite au « respect de la mesure de l’interdiction de l’utilisation des pétards pendant les fêtes de fin d’année, même si, lors de la Saint-sylvestre, des coups de pétards et autres feux d’artifices sporadiques ont été entendus», a conclu le commissaire Irnou Kambiré.

Guy Serge Aka

FESPACO 2019

Sondage

La hausse de 75 FCFA du prix du litre d’essence et de gasoil au Burkina Faso est-elle, selon vous, justifiée?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé