Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire
Football: la finale de la CAN 2019 opposera le vendredi 19 juillet au Caire, le Sénégal à l'Algérie

Photo de famille des trois lauréats

SOCIETE

Pour la seconde fois, le Réseau d’initiatives de journalistes (RIJ), à travers le prix Pax Sahel, a primé des journalistes. Les lauréats de l’édition 2018, à l’instar des précédents sont des acteurs des médias sensibles aux conflits. Tenu ce samedi 10 novembre  2018, ce rendez-vous  a sacré Waboué Bakouan, officiant à la radio « Manivelle » de Dano, pour la pertinence de son œuvre « L’étal bleu ou le tribunal populaire de l’étal dagara de Dano ».

Waboué Bakouan a damé le pion à ses concurrents directs à l’occasion de l’initiative portée par le RIJ et distinguant les ouvres journalistiques traitant des conflits. Justifiant la teneur d’un tel événement, Mohamed Kassoum Sanfo, en sa qualité de coordonnateur du RIJ a indiqué que « le journaliste doit dans la mesure du possible orienter le traitement de l’information vers un apaisement social d’où ce que nous appelons le journaliste sensible au conflit ». Foi de ce dernier, l’instauration de ce prix, se veut être un moyen d’encouragement pour un meilleur traitement de l’information relative aux différents conflits.

Ce sont 23 productions journalistiques, qui ont été enregistrées pour cette édition 2018. De ces celles-ci, notons que trois sont maliennes. La palme est revenue à l’œuvre traitant du règlement des conflits à Dano, dont l’auteur est Waboué Bakouan de la radio « Manivelle » de Dano. Il a reçu un ordinateur portable et la somme de 500.000 F CFA. Les deux autres lauréats de cette soirée, sont Marie Yé et Jean Baptiste Bouda, respectivement de la radio Arc-en-ciel et de la radio nationale. Ils repartent chacun avec un ordinateur portable et les sommes de 300.000 F pour la 2e et 200.000 F pour le 3e.

Des prix d’encouragement ont également été décernés au cours de cette soirée. Ils sont revenus à Sibiri Simporé, Larissa Tiendrébéogo Yerbanga et Awa Bilgo. Les œuvres de ces derniers ont bénéficié d’un financement. Ils sont repartis chacun avec un dictaphone et un guide, en vue de parfaire le traitement de l’information sur les conflits.   

Par ailleurs, déplorant la non-prise en compte d’œuvres en langues nationales, le jury a recommandé au RIJ de tenir compte des différentes catégories existantes dans le monde journalistique pour les éditions futures. Le prix Pax Sahel, dont le RIJ en est porteur a bénéficié de l’appui de la  Deutche Welle Akademie.

 

 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé