Aujourd'hui,
URGENT
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation

SOCIETE

Ce lundi 29 octobre 2018, l’ONG Planned Parenthood Global (PP Global) et l’ensemble de ses partenaires ont lancé officiellement à Ouagadougou la campagne de communication « La santé des jeunes d’abord ! ». Ce programme vise à axer la sensibilisation sur la santé sexuelle et de la reproduction des jeunes. Cette campagne mass media, vient en appui aux activités programmatiques de plaidoyer dans les domaines de la santé de la reproduction et de la planification familiale.

Acteurs du monde de la santé, responsables d’ONG engagées pour la cause de la santé et/ou de la jeunesse, et bien d’autres, ont répondu présents à l’invitation de Planned Parenthood Global à l’occasion du lancement officiel de la campagne de communication de son programme « Voix pour la santé ». La présente activité, aux dires de Aminata Rabo, cheffe d’équipe pays de PP Global Burkina Faso, « vient renforcer les activités du plaidoyer qui ont pour but d’impacter l’opinion publique favorablement sur les questions de santé sexuelle et reproductive des jeunes au Burkina Faso ».

C’est en cela que l’organisation a pour ambition à l’horizon 2020 de favoriser une politique nationale sur les soins adaptés aux jeunes, qui oriente des financements au niveau local pour appuyer les services et la délégation des tâches pour des prestations de qualité en planification familiale. Cette vaste campagne de communication qui s’annonce, vient renforcer ce premier programme porté par PP Global, à savoir « Voix pour la santé ». Datant de 2015, Mme Rabo confie, qu’il n’a d’autre but que « de créer un environnement favorable pour les droits et les services adaptés aux jeunes ».

 A l’étape actuelle, il est dans sa troisième phase et pour sa mise en œuvre, il a fallu la volonté de quatre partenaires de PP Global que sont l’Union des religieux et coutumiers du Burkina pour la promotion de la santé et le développement (URCB/SD), l’Association des journalistes et communicateurs en population et développement (AJC/PD), le Réseau africain jeunesse, santé et développement au Burkina Faso (RAJS/BF) et l’Association SOS jeunesse et défis (SOS/JD).

A travers son programme d’activités, « PP Global met au centre de ses actions au Burkina Faso, le bien être des jeunes, en œuvrant pour l’effectivité des services en santé sexuelle et reproductive adaptés à leurs besoins » a confié la cheffe d’équipe pays de la structure. Abordant dans le même sens, Latanya Mapp Frett, directrice exécutive de PP Global, confie que c’est aux côté de partenaires locaux que son institution collabore depuis plus de 45 ans afin que « les femmes, les hommes et les jeunes du monde entier puissent avoir accès aux soins de santé dont ils ont besoin afin d’être maîtres de leur corps et leur avenir ».

L'assistance a suivi avec attention la présentation du programme

Ainsi, par le biais de la campagne mass média qui a pour slogan « La santé des jeunes d’abord ! », les ambitions sont nobles. Il va s’agir d’aller rencontrer les jeunes là où ils se trouvent et leur porter le message, par différents canaux. Dans le cadre de cette campagne de communication, il est prévu des spots radios et télés qui seront diffusés en français, mooré, dioula et fulfuldé, des panneaux d’affichage à l’échelle nationale, des visuels à la une de certains quotidiens, également des bannières sur des médias en ligne. Sans oublier les réseaux sociaux beaucoup prisés par la jeunesse, qui constitue la cible principale de ladite campagne. Celle-ci est prévue durer deux mois au maximum.

La vision de PP Global va en droite ligne avec les actions du ministère en charge de la santé, entreprises à travers le programme présidentiel pour la période 2015-2020. C’est à juste titre que Aminata Rabo n’a pas manqué de « solliciter » l’accompagnement du département dirigé par le Pr Nicolas Méda, pour les actions de PP Global au Burkina Faso. Face à cette doléance, Dr Narcisse Naré, chargé de mission au ministère de la santé et représentant du ministre a rassuré quant à l’accompagnement du ministère pour l’atteinte des objectifs de cette campagne.

Dans son adresse, le Pr Nicolas Méda, par la voix de son représentant a indiqué que « la santé de la reproduction des jeunes est une lutte de longue haleine et qui nécessite beaucoup d’efforts et de ressources (…) Aujourd’hui plus que jamais, il est temps de parler ouvertement des conséquences liées à une mauvaise gestion de la sexualité chez les jeunes, à leur accès aux services de santé sexuelle et reproductive de qualité et au-delà de l’accès de toutes les femmes aux services appropriés à la planification familiale ».

Ces propos du ministre de la santé, justifient le fait qu’il existe encore des insuffisances, malgré que des efforts soient fournis de part et d’autre, concernant la santé sexuelle et reproductive des jeunes. Ainsi, cette disposition de PP Global trouve tout son sens, dans la mesure où « l’enquête démographique et de santé 2010 révèle qu’au Burkina Faso les jeunes filles de 15 à 19 ans contribuent pour 21% de la fécondité totale. Sur l’ensemble des adolescents non mariées et sexuellement actives et âgées de 15 à 19 ans, plus de la moitié (54,5%) n’utilisent pas de méthode de contraception ».

PP Global est la division internationale de la fédération américaine de planning familial. Et c’est depuis 2015, que cette structure intervient au Burkina Faso, en collaboration avec des organisations de la société civile, auxquelles elle apporte une assistance technique et financière. 

 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé