Aujourd'hui,
URGENT
Sondage: le président Roch Marc Christian Kaboré obtient la note de 4,72/10 pour sa gouvernance dans le 1er semestre de 2019
Football: les Étalons du Burkina classés 9e en Afrique et 59e au niveau mondial par la Fifa au mois de juin 2019
Gambie: le gouvernement saisit les biens et les avoirs de Yahya Jammeh
Burkina: 110 508 candidats inscrits à la session 2019 du baccalauréat
Ghana: libération des deux Canadiennes kidnappées dans la région Ashanti
Burkina: 419 269 à la conquête du CEP 2019 soit une baisse de 7% par rapport à l'année précédente 
Afrique: le Botswana décriminalise l’homosexualité
France: Édouard Philippe lance l'acte II du quinquennat au cours de sa déclaration de politique générale 
Burkina: les avocats mettent fin à leur débrayage entamé depuis le 23 avril
Nécro: décès de Benoît Kambou, l’ambassadeur du Burkina au Tchad

SOCIETE

Dans ce communiqué de presse parvenu à notre rédaction, le Réseau national de lutte anti-corruption (Ren-lac) apporte son soutien à la CGT-B et au bimensuel Courrier confidentiel assignés en justice, respectivement par des candidats au test de recutement annulé de la CNSS et par l’homme d’affaire Inoussa Kanazoé.

Le REN-LAC apporte son soutien à la CGT-B et au Courrier Confidentiel assignés en justice pour avoir dénoncé des faits de fraudes et de malversations financières

La Confédération générale du Travail du Burkina (CGT-B) et le Courrier confidentiel sont assignés devant la Justice burkinabè pour diffamation. Leur seul tort est d’avoir osé dénoncer des faits de fraudes et de malversations financières, respectivement à la Caisse nationale de Sécurité sociale (CNSS) lors du recrutement d’agents en 2018, et à la Cimenterie du Faso (CIMFASO) en 2017. 

Les 32 candidats, qui ont porté plainte contre la CGT-B, demandent au tribunal sa condamnation au payement de la somme de 352 millions de francs CFA comme dommages et intérêts, tandis que l’homme d’affaire Inoussa Kanazoé dit KANIS demande, lui, la somme de 7 milliards 320 millions de francs CFA.  Au-delà de cette assignation en justice de ces deux acteurs importants dans la lutte contre la corruption et pour une gouvernance saine dans notre pays, les sommes exigées par les plaignants indiquent clairement des velléités de dissuasion de ceux qui voudraient s’attaquer aux faits de corruption et de mal gouvernance au nom de l’intérêt public. Ces deux procès sont des signaux annonciateurs d’une ère nouvelle de musèlement de tous ceux qui osent encore donner de la voix contre le crime organisé, la fraude, la corruption et l’impunité. En lieu et place d’actions judiciaires vigoureuses contre les auteurs de crimes économiques et de fraudes, ce sont plutôt les acteurs qui dénoncent les pratiques mafieuses qui font l’objet d’intimidations. Il est fort utile de rappeler, une fois de plus, que les tentatives de corruption dans le traitement du dossier KANIS, qui ont d’ailleurs été dénoncées par le Capitaine Lompo, en présence du Procureur du Faso près le Tribunal de Grande instance (TGI) de Ouagadougou le 24 avril 2017, sont jusque-là restées sans suite. A l’évidence, il s’agit d’une situation inacceptable qui n’augure pas de meilleures perspectives dans l’œuvre d’assainissement et de moralisation de la vie publique. 

Fidèle à son engagement à lutter contre la corruption et toutes les formes de mal gouvernance au Burkina Faso, le REN-LAC :

- suit avec une attention particulière l’évolution de ces deux affaires et apporte son ferme soutien à ces deux acteurs clés dont l’œuvre de salubrité publique leur vaut aujourd’hui d’être dans le collimateur de la justice ;

- invite tous les démocrates et progressistes à faire front contre la cabale judiciaire en cours contre les acteurs de la lutte anti-corruption. Par ailleurs, il les invite à ne pas céder aux manœuvres et autres intimidations et à rester déterminés dans la lutte contre la corruption et l’impunité, gage de bonne gouvernance et d’un développement économique et social harmonieux. Une lutte parsemée d’embuches, certes ! Mais une lutte ô combien noble ;

- appelle la jeunesse en proie au chômage à se départir de la courte échelle et à mieux s’organiser avec courage et détermination pour engager des luttes contre les causes profondes de sa situation ;  

- appelle les populations, principales victimes de ces pratiques mafieuses, à se mobiliser conséquemment et à faire bloc derrière toutes les voix qui s’élèvent pour dénoncer la corruption et l’impunité des crimes économiques.

Non aux actes d’intimidation des acteurs de la lutte anti-corruption !

 

Ouagadougou le 24 octobre 2018

Le Secrétariat exécutif

 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé