Aujourd'hui,
URGENT
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé
Burkina: l'Assemblée nationale va financer la construction du siège du CFOP (Alassane Bala Sakandé)

Ph: lefaso.net

SOCIETE

Les étudiants burkinabè au Maroc campent devant l’ambassade du Burkina au Maroc et menacent de ne partir que si le complément de bourse que l’Etat burkinabè est censé leur verser trimestriellement leur parviennent.


Il y a une semaine, en répondant aux internautes sur Twitter, le chef de l’Etat avait assuré que le complément de bourse des étudiants burkinabè au Maroc avait été viré. C’est de cette façon, assurent ces derniers dans une déclaration, qu’ils ont appris la nouvelle. «Nous ne savons pas sur quelles bases les collaborateurs de son Excellence lui ont donné cette information, mais nous tenons à informer l’opinion nationale que la première tranche de notre complément de bourse de l’année académique 2016-2017, censée nous parvenir début octobre 2016 et dont l’utilité première est la couverture de nos frais de rentrée universitaire n’est toujours pas à notre disposition», écrivent ces étudiants. Ce retard, disent-ils, les placent dans une fâcheuse posture, surtout qu’ils doivent s’acquitter des différentes factures (loyer, eau, électricité) et à et se nourrir.

Le complément de bourse - 48 000 FCFA le mois- qu’ils attendent est très «anecdotique et hautement insignifiante dans un pays où le SMIG est de 150 000FCFA», écrivent les étudiants. La dernière bourse qu’ils ont reçue daterait de juillet. Ce sit-in, assurent-ils est «L’ultime moyen d’expression à travers lequel nous espérons attirer l’attention des premières autorités dont nous relevons.»

Ils menacent de rester devant la représentation diplomatique jusqu’au virement de leur complément de bourse, de leur trousseau et de la première bourse de l’année 2017.  D’après nos confrères de LeFaso.net, le ministère en charge de l’Enseignement supérieur a tenu un conclave pour tenter de trouver une solution.

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé