Aujourd'hui,
URGENT
RDC: L’Onu inquiète face à l’augmentation des violations des droits de l’homme
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire

SOCIETE

L’installation de groupes d’autodéfense Koglwéogos en usant de la «force» par le chef Koglwéogos, Boukary le lion dans la région des Hauts-Bassin du Burkina Faso a refait surface lors des échanges entre la presse et le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure, Simon Compaoré, ce mercredi 4 janvier 2017.


Depuis quelques temps, l’on enregistre pas mal d’incidents dans la région des Hauts-Bassin suite à l’installation des Koglwéogos dans ladite localité. En cause, la volonté d’un groupe d’individus ayant à leur tête le colonel de l’armée à la retraite Boukary Kaboré dit «Le Lion», d’installer ce groupe d’autodéfense aux méthodes controversées alors que les autorités traditionnelle de la région s’y opposent.

Pour le ministre Simon Compaoré, «on ne force pas les gens pour mettre en place une association. Les gens ont leurs habitudes qu’il faut respecter. Mais si les populations elles-mêmes se mettent d’accord pour le faire, alors tant mieux».

Simon Compaoré a précisé aussi que la nouvelle vision de la police de proximité -dans laquelle il espère intégrer ces Koglwéogos- vise à encadrer, appuyer les associations d’autodéfense qui existent déjà et travailler à offrir des prestations qui permettent d’améliorer la protection des citoyens et citoyennes du Burkina Faso.

Le ministre de la Sécurité a été on ne peut plus clair sur le sort qui sera réservé à ceux qui veulent troubler la quiétude des populations. « J’ai donné instructions aux forces de l’ordre de troubler ceux qui veulent troubler l’ordre. Nul n’est au-dessus de la loi. Et que Boukary fut-il lion ou quoi que ce soit, il est obligé de respecter la loi sinon, nous serons obligés de faire le nécessaire», a martelé le ministre de la Sécurité.

Abel Azonhandé