Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

SOCIETE

L’installation de groupes d’autodéfense Koglwéogos en usant de la «force» par le chef Koglwéogos, Boukary le lion dans la région des Hauts-Bassin du Burkina Faso a refait surface lors des échanges entre la presse et le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure, Simon Compaoré, ce mercredi 4 janvier 2017.


Depuis quelques temps, l’on enregistre pas mal d’incidents dans la région des Hauts-Bassin suite à l’installation des Koglwéogos dans ladite localité. En cause, la volonté d’un groupe d’individus ayant à leur tête le colonel de l’armée à la retraite Boukary Kaboré dit «Le Lion», d’installer ce groupe d’autodéfense aux méthodes controversées alors que les autorités traditionnelle de la région s’y opposent.

Pour le ministre Simon Compaoré, «on ne force pas les gens pour mettre en place une association. Les gens ont leurs habitudes qu’il faut respecter. Mais si les populations elles-mêmes se mettent d’accord pour le faire, alors tant mieux».

Simon Compaoré a précisé aussi que la nouvelle vision de la police de proximité -dans laquelle il espère intégrer ces Koglwéogos- vise à encadrer, appuyer les associations d’autodéfense qui existent déjà et travailler à offrir des prestations qui permettent d’améliorer la protection des citoyens et citoyennes du Burkina Faso.

Le ministre de la Sécurité a été on ne peut plus clair sur le sort qui sera réservé à ceux qui veulent troubler la quiétude des populations. « J’ai donné instructions aux forces de l’ordre de troubler ceux qui veulent troubler l’ordre. Nul n’est au-dessus de la loi. Et que Boukary fut-il lion ou quoi que ce soit, il est obligé de respecter la loi sinon, nous serons obligés de faire le nécessaire», a martelé le ministre de la Sécurité.

Abel Azonhandé